Azzura

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Manihilde Byrgenwerth - Forgeronne

avatar
◈ Missives : 13

◈ Âge du Personnage : 22 ans
◈ Alignement : Neutre Strict
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Alsderns
◈ Origine : Ordanie / Valdrek / Hildeborg
◈ Localisation sur Rëa : Hildeborg
◈ Magie : Magie Métabolique (vitesse)
◈ Fiche personnage : Manihilde "Mani" Byrgenwerth

Âme Damnée
Manihilde Byrgenwerth

◈ Dim 17 Juil 2016 - 4:28

◈ Prénom : Manihilde
◈ Nom : Byrgenwerth
◈ Sexe : Femme
◈ Âge : 22 printemps
◈ Date de naissance : Née un Lunae, le premier jour d’Ansbar en l’an de grâce 68 de l’ère des Rois
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Alsderns
◈ Origine : Ordanie / Valdrek / Hildeborg
◈ Alignement : Neutre Strict : La philosophie de l’équilibre est-ce qu’il a la plus attirée la jeune Alsdern et non une indécision.
◈ Métier : Forgeronne


Magie

◈ Magie métabolique : Vif comme l’éclair

Je ne pensais pas avoir une telle prédisposition à ce qu’on appelle la magie. Il y a peu, je n’aurais jamais imaginé que ces très vieilles légendes, ces mythes séculaires, voire millénaires, aient pu se révéler vrais. Le jour où cette « révélation » eut lieu, tout a basculé pour moi.

« La pleine lune est haute dans le ciel étoilé. Le froid de la nuit se répand dans tout Hildeborg, mais la chaleur de l’âtre me protège de sa morsure. Mon marteau, véritable extension de mon bras, étreint violemment le métal encore chaud et desserre sa prise avec la même rapidité. Ruminant de sombres pensées, je suis venue dans l’atelier, comme à mon habitude. Je martèle avec véhémence mon épée en devenir, cherchant la paix intérieure à l’aide des sons réguliers et hypnotiques produits par mon geste. Franchement, pourquoi donc ce petit pécore d’Osvald Einarson avait besoin de critiquer notre travail ? Les armes que nous forgeons, mon père et moi, sont les meilleurs de toute la ville. Les soldats le reconnaissent comme tel, alors je n’ai pas envie qu’un blanc-bec pareil vienne me faire la morale.

La lumière de l’astre nocturne, tantôt caché par des nuages, transperce les vitres et m’enveloppe de sa douce aura réconfortante. Je commence à m’apaiser, mon calme revient peu à peu. Mes coups se font moins violents, plus précis. De surcroît, une étrange et nouvelle sensation m’envahit. Je ne peux la décrire, car elle n’est semblable à aucune autre émotion que j’ai ressentie jusqu’alors. Soudainement, mon allure s’accélère tout en restant très méthodique. Cela dure pendant une dizaine de secondes et, une fois que c’est fini, je lâche mon outil de surprise. J’ai rapidement compris que je venais de devenir la dépositaire d’une puissance plus grande que moi. »’

L’appel de la Lune a toujours été fort pour moi. J’ai aussi souvent pensé que la signification de mon nom était une vérité. Le fait d’être née en son jour consacré en est la preuve. En mon for intérieur, j’étais sûr qu’Alta avait enfin décidé de tourner son regard vers moi et de m’offrir un don.



Compétences, forces & faiblesses

◈ Force :
◈ Intelligente : Un esprit vif m’anime. Je comprends rapidement et aisément tout principe qu’on tente de m’inculquer. Je possède également une mémoire très précise, quasi eidétique.
◈ Cultivée : Je suis très curieuse de nature. Je n’hésite pas à écouter les fables des anciens pour apprendre le plus possible sur l’histoire et les mythes de notre culture
◈ Vaillante : Le combat ne m’effraie guère. Si jamais mon Jarl a besoin de moi pour combattre, je répondrai présent.

◈ Faiblesse :
◈ Indiscrète : Par moment, je veux tellement assouvir mon insatiable curiosité qu’il m’en arrive de poser des questions déplacées.  
◈ Fière : Je suis assez fière de la réputation que nos lames ont acquise. Je n’hésiterai pas à incendier le premier qui dira le contraire.
◈Hyperactive : il y a des moments où je ne sais pas rester en place et il faut que je reste active.

◈ Langues parlées :
◈ Heisenk et Kaerd: J’ai appris à les parler en théorie, mais en pratique je les baragouine encore beaucoup.
◈ Valdra : Ma langue maternelle, je la parle comme toute personne née en Valdrek



Physique

Pour une Alsdern, la beauté dont je fais preuve est déroutante, mais elle ne surpasse en rien celle du haut peuple tel les Eleär. L’éclat de mon visage, aussi pâle que la lune, est rehaussé par de magnifiques cheveux d’un noir de jais, des yeux d’un bleu très clair et une fine bouche d’un rouge ambré. Cependant, la chaleur de l’âtre n’aide pas à conserver ce teint. Plus les années passent et plus ma peau se rembrunit. J’ai déjà l’air plus vieille que mon âge, mais je l’accepte, car c’est une des conséquences de mon métier. Je porte aussi quelques stigmates sur les bras. Preuve que mon éducation et le peu d’entraînement aux armes que j’ai reçu ont bien été appris.

Je ne m’impose pas par ma taille, cinq pieds et sept pouces (soit un mètre septante), mais je sais me faire entendre quand j’ai quelque chose à dire. Je suis capable de porter ma voix fort et loin. Je suis également de quelqu’un à la musculature sèche. 143,3 livres (65 kilogrammes) c’est mon poids, il est donc indéniable que je possède une force conséquente.

Un tatouage sur mon poignet gauche est apparent. Une empreinte que j’ai créée et qui représente ma famille, pour qui j’ai le plus grand respect, ainsi que le lien qui m’unit à Alta, la lune. Le marteau, que j’ai baptisé Smiðr, symbolise les forgerons. Je m’en suis fait aussi un collier tellement je suis fière d’exercer cet art. Le dessin de base est plutôt beau, mais les techniques actuelles de tatouage n’ont pas permis de le retranscrire aussi fidèlement.
Tatouage:

Je m’habille généralement en fonction de ce que je fais, mais une seule chose reste constante, mon pantalon. Je me sens tellement à l’aise dedans que j’ai décidé de ne pas le quitter. Quand je fais les tâches qui incombent toute femme Alsdern, je porte une tunique ample. Lorsque je forge, j’enfile une tenue qui m’offre une protection suffisante et par-dessus un tablier en cuir. Chaque fois que je sors, j’endosse un manteau refermé par des sangles et une cape pour me tenir chaud.



Caractère

J’ai pour mes parents un immense respect. Il n’y a pas un seul jour où je ne les remercie pas pour la bonté, l’amour et l’éducation dont ils ont fait preuve.

Je suis également très déférente face aux divinités Alsderns et surtout vis-à-vis de la déesse lunaire. Je ne saurais dire pourquoi, mais j’éprouve un vif intérêt pour la lune elle-même. On me verra souvent, les nuits où l’astre est visible, le nez levé vers le ciel.

J’aime beaucoup mon pays et lui suis très loyale. J’apprécie la façon dont le roi Strand le gouverne. Il est aimant envers son peuple. J’ai été aussi très impressionnée par sa fille quand elle est venue prendre le rôle de Jarl de Tveit.

Telle Alta, je suis un être à la douceur reconnue. Je suis aimante envers mes congénères et n’hésite pas à aller vers eux. Mais je suis aussi très revancharde. Je n’aime pas qu’on me manque de respect ou qu’on entache mon travail. Je peux donc me montrer très incisive quand cela est nécessaire.

Pourvu d’une certaine intelligence et d’une curiosité quasi maladive, ce que je ne connais pas, je le comble comme je le peux. Je n’affiche pourtant pas à outrance cet intellect devant les gens. Je sais rester humble. J’ai aussi un certain talent pour le dessin. Je n’égale, certes, pas les plus grands peintres ou artistes de notre monde. Mais, je me défends assez bien.

Comme amie, je suis très fidèle et je me démènerai toujours afin que rien ne vous arrive. Je suis prête à affronter les plus grands dangers pour que vous alliez bien. Mais, que tous se rappellent de ne pas me chercher d’ennuis.



Inventaire

–Tunique, tablier pour forger, manteau et cape
-Collier de ma confection  
-Bourse en cuir contenant quelques pièces de monnaie
-Outils de forgeron fabriqués par le père de Manihilde au tout début de son apprentissage (elle affectionne particulièrement ces objets et en prend soin comme son bien le plus précieux)
-La forge de mon père, qui m’appartiendra un jour
-Epée de qualité que j’ai forgée moi-même
-De quoi dessiner



Histoire

Peu de naissances ont été touchées par la grâce des Dieux. Ma venue au monde ne fait pas exception à celle des autres. Pourtant, cela n’engage que moi, j’ai toujours pensé que la divinité Alta avait béni l’accouchement de ma mère. Porter un nom en son honneur et avoir vu le jour un Lunae une nuit de pleine lune m’a conforté dans cette idée. J’ai été fortement marquée par ces faits. La nuit est mon domaine, plus que ne l’est le jour, je m’y sens sereine. Ma prime enfance s’est déroulée le plus naturellement possible. J’ai été choyée et aimée par mes parents. Je n’ai manqué de rien.

Mon père, lui, aurait voulu un fils pour lui enseigner son art. Il ne perdit cependant pas espoir. Alors, à peine âgé de trois ans, quand je saisis un marteau du peu de force qui m’animait, il décida de faire de moi la dépositaire de son expertise. Il m’apprit dès lors toutes ses compétences avec la plus grande des passions. Je fus, je l’espère, la meilleure élève qu’il aurait pu avoir. Au début, je le regardais déconfite, sans trop savoir quoi faire. Mais les années passèrent et le métier commença à rentrer. Au balbutiement de mon adolescence, j’étais déjà une excellente apprentie. Je comprenais rapidement ce que mon pater m’inculquait. Ce que je voulais surtout, c’était qu’il soit fier de moi. Je m’appliquais donc de mon mieux. Il m’avait offert, au début de ma formation, un kit d’outillage pour m’encourager et me signifier son amour. Peu de gens avaient vu un jour mon père faire preuve d’une telle affection pour quelqu’un, sauf pour ma mère évidemment. Ces instruments sont pour moi, un des biens les plus précieux que je possède.

En parallèle de mon éducation à l’art de la forge, quand j’eus sept ans, ma maman m’apprit le travail de toute femme Alsdern, tenir une maison. J’aidais donc souvent mes parents dans les tâches ménagères comme faire la cuisine ou ranger l’atelier. Je partais aussi parfois à la cueillette de baies ou chasser le petit gibier à l’aide de collet. Elle m’enseigna également les rudiments du maniement d’armes, plus pour m’aider dans mon apprentissage de la forge que pour savoir me défendre. Mais, attention, que ceux qui veulent se frotter à moi y réfléchissent part deux fois, je peux quand même protéger ma vie. Pourquoi donc est-ce ma mère qui m’inculqua tout ça et non mon père ? Et bien, elle a été rapidement orpheline, ses parents sont morts d’une grave maladie. Elle a donc dû apprendre à se défendre. C’est la dure loi des Nordiques, tu t’adaptes et tu survis ou tu crèves. Nonobstant, quand je ne faisais pas ces deux tâches et dès que j’avais un moment de libre, je partais en quête des récits racontés par les anciens d’Hildeborg. Je prêtais l’oreille surtout à l’histoire de notre peuple et aux mythes liés à nos dieux. Je devins rapidement versée sur ces deux sujets.

Je venais d’avoir seize ans quand mon père me jugea apte à remplir une commande seule. Je m’y appliquai de toutes mes forces. Je battis le fer avec concentration, modelant mon arme sous son œil attentif. Notre client fut ravi de la hache qu’il avait entre les mains et mon paternel en était très fier. Il m’accorda alors une partie de sa clientèle pour augmenter mon expertise. Pendant les cinq années qui suivirent, mon coup de marteau s’affina, mon savoir s’étendit. Tous mes pairs s’accordèrent à dire que je suis une forgeronne d’exception, que j’étais destinée à devenir le meilleur artisan du fer qu’on n’ait jamais vu.

Je venais de fêter mon vingt et unième anniversaire quand la magie s’imposa à moi. Il m’a fallu un certain temps pour me confier à quelqu’un. Le premier qui fut au courant fut mon père. Il ne me jugea point. Mais, comme moi, il ne savait pas quoi faire. Je décidai donc de vivre avec ce pouvoir tout en essayant de comprendre sa nature. Je rencontrai quelques mois après notre nouvelle Jarl, Svanhilde Strand, Princesse de Valdrek, mais pas de façon directe. Je la vis pour la première fois lorsqu’elle vint prendre possession de ses fonctions. Elle devait succéder à son oncle, mais un certain Sejer Asulfson remit sa légitimité en cause. Ils devaient s’affronter dans un duel à mort. La lutte fut exceptionnelle. La jeune princesse m’ébahit par sa pugnacité. Je ressentis l’envie de faire sa connaissance. Non pas par attrait de la noblesse, mais un véritable désir de se rapprocher d’une personne.

Me voilà à présent, avec quelques objectifs en tête. Devenir la meilleure forgeronne de ma génération, rencontrer une femme que je n’aurais que peu de chance de croiser, apprendre à gérer cette puissance intérieure. Voudriez-vous m’accorder un moment pour que je vous conte la suite de mon histoire ?




Ambitions & Desseins


–Devenir une grande forgeronne en l’honneur de son père
-Devenir une amie de Svanhilde, son Jarl (rêve un peu fou, certes)
-Trouver un être à aimer, femme ou homme cela lui importe peu, mais elle ne le crie pas sur tous les toits cela va s’en dire.



Divers


Reconnaissez-vous être âgé d’au moins 18 ans ? : Si 21 est après 18, alors oui je confirme :p
Moultipass : Validé par Baltou


avatar
◈ Missives : 2134

◈ Âge du Personnage : 82 ans
◈ Alignement : Loyal Bon
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Sharda du Nord
◈ Origine : Al'Akhab - Siltamyr
◈ Magie : Aucune
◈ Fiche personnage : Calim

Conteur
Calim Al'Azran

◈ Mar 9 Aoû 2016 - 16:34

Et c'est validé !

Bienvenue ici Mani, et félicitations ! Wink

Que l'aventure commence !