Azzura


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Sephna de Blain - Comtesse & Mésange

Sephna de Blain
◈ Missives : 5

◈ Âge du Personnage : 32
◈ Alignement : Loyal Neutre
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Vrëen
◈ Origine : Seregon / Eliran (Baronnie de Helmne dans le nord d’Eliran)
◈ Localisation sur Rëa : Seregon - Rhaemond
◈ Magie : Aucune.
◈ Fiche personnage : Sephna de Blain, Comtesse en Rhaemond
◈ Crédit Avatar : Amelie (Dragon Age) by VirginieCarquin

Héros
Sephna de Blain

◈ Dim 9 Déc 2018 - 22:50

◈ Prénom :  Sephna
◈ Nom : de Blain, née de Helmne
◈ Sexe : Femme
◈ Âge : 32 ans
◈ Date de naissance : Verne, le 19ème du mois de Friya, de l'an 59 de l'Ere des Rois
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Vreën
◈ Origine : Seregon / Eliran (Baronnie de Helmne dans le nord d’Eliran)
◈ Alignement : Loyal Neutre
◈ Métier : Comtesse de Blain / Tête des Mésanges, renseignement secret féminin rhaedar
◈ Crédit avatar : Amelie (Dragon Age) by VirginieCarquin


Magie


Aucun.


Forces & faiblesses


> Arts de la noblesse & de la bourgeoisie
(Rang engagé : Comtesse)
- Lecture & écriture (maître)
- Mathématique (avancé)
= Née de l'aristocratie, Sephna a appris les bases de toute connaissance.
- Étiquette (expert)
= Sephna a appris à ses dépens comment se comporter avec un roi, en particulier. Elle a appris à s'effacer et à demeurer à la place où on l'a mise.
- Équitation (avancé)
= Nous pensons que Sephna a appris à monter à cheval comme tout noble Vreën.
- Diplomatie (pays Vreën, Seregon : intermédiaire)
= La douce créature a appris l'art de communiquer avec les plus grands et plus encore, l'art de savoir se taire. Elle ne peut donc omettre la diplomatie, elle saura ne rien dire de ce qu'elle pense et ne saura créer de vagues au sein d'une cour.

> Arts de l’ombre
(Métier engagé : Mésange)
- Subterfuge (mensonge, manipulation : maître)
= Sephna est une femme douce mais qui n'a que trop souffert. Pour survivre, elle a appris à voler, subtiliser, mentir et manipuler le défunt roi Mordvain. Elle offre désormais à ses recrues tous ses savoirs en la matière.
- Discrétion (déplacement silencieux, furtivité : maître)
= La Comtesse est une jolie femme. Assez pour être aimée et réussir à jouer de ses charmes, pas assez pour provoquer des regards insistants ou un tapage au milieu de nombreuses autres. Aussi, elle a appris à être là sans être remarquée. Premièrement pour sa survie, mais aussi pour le compte du Roi Elund Gartred. Sephna est là mais sait devenir invisible et être yeux et oreilles de ses maîtres. Elle est d'une grande discrétion et son minois ne laisse pas présager qu'elle peut être porteuse de messages. Il s'agit de sa plus grande compétence.
- Collecte d’informations (infiltration, utilisation d’un réseau, contacts : maître)
= L'on ne pourrait le déceler sous ses airs doux et nobles, mais la comtesse est un espion redoutable. Elle a réussi à outrepasser la vigilance de l'un des pires rois du monde connu et à subtiliser n'importe quelle information afin de causer sa perte. Comme son visage est doux, l'on ne pourrait s'attendre à ce que Sephna puisse un jour être accusée de vol d'informations ou de documents.

> Compétences libres
(Accessibles pour tous les Arts et Métiers)
- Folklore (préciser le pays)
- Religion (Alvar : avancé)
= Nous tenons pour acquis qu'elle est née dans une famille régie par la religion Vreën et qu'elle en connait les dogmes et préceptes.
- Histoire (Eliran, Rhaemond : avancé)
= Femme cultivée, Sephra aura appris et à ses dépens, l'histoire complexe des royaumes d'Eliran et de Rhaemond, inextricablement liés.
- Charme (maître)
= Sephna est maîtresse dans l'art de charmer un homme et le plier à ses volontés. Tout en discrétion, tout en finesse. L'art des espions est aussi celui de la séduction.

Forces

Intelligence ✿ Sephna est une femme pour le moins intelligente, dont l’esprit a été rendu avisé dès son plus jeune âge. Les différentes lectures, des livres dont les auteurs sont variés, lui ont conféré un esprit vif apte à la réflexion par elle-même. Au fil des années, elle a bien compris que sa seule alliée dans ce monde de brutes était son intelligence. Privilégiant toujours une situation posée, avec le maximum de recul possible, pour prendre la meilleure des décisions et analyser tranquillement la situation.

Observatrice ✿ Déceler les petits détails insignifiant est sa spécialité. Ce que les autres ignorent, sous prétexte qu’ils ne représentent rien, Sephna les considère comme des indices incontournables. En effet, ils peuvent tout dire pour qui sait les repérer et les relier ensemble. Une mèche mal replacée, un col mal rehaussé, et une liaison intime est divulguée. Rien n'échappe au coin de son œil, qui tel un vautour repère ses proies des lieues à la ronde.

Faiblesses

Menu ✿ Sephna est de nature physique légèrement fragile. Elle est frêle, facile à blesser. Elle ne saura pas se défendre, et ne voudra sans doute pas. Préférant l’art du maniement de la langue, des mots, plus incisif. En situation de combat, ou d'urgence, ne comptez pas sur elle. Au contraire, ce sera surtout elle qu'il faudra secourir.

Froideur ✿ Elle a du mal à faire confiance aux autres, et garde ses distances avec les autres. On pourrait croire qu’elle n’a pas de cœur. Il n’en est rien. Elle ne veut plus souffrir, et préfère emmitoufler tout ça derrière un visage de glace plutôt que de montrer le moindre doute.


Physique


Aux premiers abords, Sephna marque les esprits. Toujours bien coiffée, et bien habillée, celle-ci apparaît plutôt jolie. Elle met un point d’honneur à toujours prendre soin de son apparence, ainsi que des habits qu’elle porte. Dans sa position, l’apparat est important. Elle choisit avec une certaine rigueur ses tenues, pour mettre en avant sa silhouette et les formes de son corps. En effet, bien que son visage soit plutôt commun, elle profite de son corps plutôt affriolant pour se jouer des hommes.

Plutôt grande pour une femme, son corps est chevauché d’une tête blonde au front prononcé. Ses yeux sont d’un bleu pur, dont l’iris est accentué par sa chevelure dorée. Son menton est petit, et arrondi. Ses pommettes sont hautes et pointues, alors que sa bouche apparaît beaucoup plus petite. Et son nez est discret et bien arrondi. Discret.

Elle n’est pas une combattante, c’est pourquoi son corps apparaît plutôt fragile et mince. Elle mange convenablement, mais en petites quantités, si bien qu’elle ne risque pas de grossir. Sephna ne souffre alors d’aucun problème de santé pour le moment, pouvant se déplacer librement et avec facilité.

En regardant de plus près, sa peau est douce, bien entretenue. Ses mains sont délicates, et témoignent du caractère calme de la jeune femme.


Caractère


A l’apparence, Sephna est une femme forte mentalement. Car il y est difficile de lire sur son visage les émotions qui la traversent. Elle dispose en effet d’un tempérament posé, apte à la réflexion et l’observation, et une droiture digne d’une noble dame. Son passé témoigne de cet état de fait, tant de par son éducation que par son vécu basculant d’un extrême à l’autre. Vous ne la verrez pas foncer tête baissée dans une bataille, ni parler sans réfléchir dans un débat houleux. Telle un vieux sage dans les légendes et contes, elle restera en recul. Prête à écouter la moindre parole prononcée, autant sources d’informations que les gestes esquissés. Rien ne lui échappe, de son petit coin d’œil curieux.

Et cette curiosité, elle l’entretient aisément. D’abord gourmandise discrète d’une petite fille pleine de joie de vivre, puis besoin obsessionnel de tout savoir sur son entourage en grandissant. Elle a parfaitement conscience de sa perpétuelle envie d’en apprendre davantage, et de prendre part aux intrigues diverses. Et ne cherche aucunement à s’en séparer ou réfréner ses envies. Après tout, c’est ce genre de petits jeux de politiciens, qui lui sauva la vie. Sur le champ de bataille des aristocrates, l’information est reine, et rime souvent avec sécurité pour dévier les pièges tendus et s’assurer une porte de sortie.

Elle ne se serait jamais crue capable d’y arriver, si elle n’avait jamais croisé le chemin d’un être tel que le Roi Mordvain. Autrefois respectueuse de la vie des autres. Jamais elle ne se serait imaginée jouer à ce genre de jeux, faisant preuve de manigances variées pour subtiliser une information,  et en tisser des intrigues ou dévoiler au grand jour de plus sombres secrets. Le plaisir qu’elle en retire en est d’autant plus grand que n’est compromettante la situation pour la personne visée par l’intrigue.

Elle avait eu grandement l’occasion de s’en exercer pendant son mariage avec le Roi d’Eliran, qui prenait un malin plaisir à la tourmenter. La faire souffrir et tourner en véritable bourrique. Mariée de force à un être qui use et abuse de son pouvoir, elle sombrera un temps dans un désespoir de cause et les ténèbres. Comme si toute une partie de sa vie n’avait été qu’un cauchemar perpétuel, et qu’il était impossible de se réveiller.

Le traumatisme fut profond dans son esprit. Songeant plusieurs fois au suicide, mais ne pouvant s’y résoudre au moment fatidique du passage à l’acte. Les cicatrices sont ouvertes, multiples, et ne guériront sans doute pas. La peur constante de causer la perte de sa famille, et ne de plus pouvoir un jour les revoir, la taraude. Même après avoir été libérée. Comme une seconde nature, ou un instinct de survie. Aujourd’hui, elle revit. Apaisée, aux côtés d’un nouveau mari bien plus prévoyant et chaleureux à son égard. Elle tourne la page, mais le livre reste ouvert. Car ce n’est pas la fin de sa vie.

Son mépris est désormais totalement porté sur la gente masculine, dont elle prend un plaisir délicat à tourmenter. Comme une douce vengeance du destin sur les hommes, souvent aptes à porter la main sur leurs épouses ou les pauvres filles qui croiseraient leur chemin. Il n’est pas rare qu’elle porte un jugement négatif sur un homme, bien avant même que celui-ci ne se soit présenté à elle. Comme s’ils n’étaient que très peu à pouvoir entrer en son estime, désormais.

Ce n’est, pour elle, pas de la méchanceté. Mais de la justice. Elle ne laissera pas un autre homme la rabaisser comme auparavant elle a pu courber l’échine.


Inventaire


La comtesse ne possède pas grand-chose, en elle-même. C’est surtout à son mari qu’elle doit la plupart de ses possessions. Les biens matériels qu’elle possède sont surtout ses vêtements, et les bijoux qu’elle porte. Tout le reste appartient à son mari, et elle en profite exclusivement de par son mariage.

Si son mari venait à décéder, et que son fils serait trop jeune pour gouverner, elle prendrait aisément la régence du comté en attendant la majorité de son beau-fils. Mais cela s’arrête là.

Elle possède également, de manière plus officieuse, un réseau de renseignement composé uniquement de femme, plus ou moins jeunes. Ces femmes sont des domestiques, des épouses, etc. Nommées les « Mésanges », elles récoltent discrètement des informations pour le compte de Sephna, qui les recrute et les forme personnellement.


Histoire


C’est sur ces terres paysannes qu’est née Sephna, fille du comte de Helmne. Ce petit territoire n’est pas reconnu pour sa richesse, mais surtout pour ses terres fertiles et son économie principalement agricole. Il y est composé d’une seule véritable ville, où le seigneur y vit ainsi que sa famille. Pas d’extravagante richesse, ni d’armée colossale ici. Mais une région simple où y vivent des gens simples. Et visiblement, cela suffit pour vivre heureux.

Le comte Hervus y était apprécié. Il gérait son territoire de manière juste et pesait le poids de ses décisions. Cela s’en ressentait sur la vie de la population. Il n’y avait dès lors que très peu de contestation, et la vie dans le comté était rythmée par une certaine routine habituelle. Les jeux de pouvoir n’existaient pas en ces lieux, jugés trop calmes et sans intérêts particuliers faute de richesses particulières.

La naissance de Sephna se passa sans mal, bien que sa mère, Allya, fut longtemps alitée après coup, prise de fièvre et de fatigue chronique. Avec le temps, et du repos, ce n’était plus que de l’histoire ancienne. La petit blonde était ainsi la première née. Bien qu’il aurait voulu avoir un garçon, trop inquiet d’assurer sa descendance, elle fut accueillie avec tout l’amour qu’il fut possible de donner pour un parent envers son enfant.

Elle ne manqua de rien, dans sa vie. Sa mère s’occupant de son éducation. Elle apprit à lire, et à écrire. Quelques règles élémentaires de mathématiques, ainsi que l’histoire. Son père aspirait à pouvoir la marier à une autre famille qui pourrait lui arroger une alliance favorable et une influence politique légèrement accrue dans le royaume. Et pour pouvoir faire cela, Sephna se devait de disposer d’une certaine culture et porter sur elle une certaine élégance et droiture.

La jeune fille se laissa alors prêter au jeu, volontiers, loin de rejeter le destin qui était le sien. Elle ne se faisait pas d’illusion, sachant pertinemment que le mariage ne prendrait pas en compte ses souhaits à elle, et que les princes charmants n’existaient pas. Elle se préparait donc à se marier avec un homme par nécessité et pour l’honneur de sa famille, plus que par amour véritable.

Elle développait un caractère assez mûr rapidement, et d’une certaine intelligence. Doublé d’un instinct qui savait la servir autant qu’elle savait l’écouter. Faisant la fierté de ses parents, et surtout son père. On lui offrit une fratrie plutôt conséquente. La famille était désormais composée de trois frères et une sœur. Sa mère enchaînait les grossesses comme s’il s’agissait d’une partie de fléchettes, et les accouchements, avant de finalement décéder alors qu’elle donnait naissance à un petit frère. Le bébé mourut quelques jours plus tard sans raison apparente, probablement des suites des complications au moment de sa naissance. Sephna était alors une jeune femme autonome et indépendante.

Au sein de cette famille où elle avait reçu amour et attention à n’en plus pouvoir tenir, la perte de sa mère fut difficile à supporter. Mais le temps contribua à diminuer la douleur.

Dans le même temps, le comte Hervus décida qu’il était temps de présenter Sephna à la Cour d’Astel. La situation dans le royaume d’Eliran s’était récemment tendue, dans le sens où le couple royal avait été assassiné. Et dans la hâte, un coupable avait été trouvé, jugé, et condamné. Un nouveau roi avait été couronné et avait hérité du trône : Mordvain de Galellois. L’assassin présumé n’était autre que la demi-sœur de ce nouveau roi : Catriona de Galellois. Sephna ne connaissait ni l’un, ni l’autre. Elle ne s’en était d’ailleurs que peu préoccupée. Depuis son comté, les histoires politiques de la capitale ne semblaient que bien peu de chose. Comme un murmure éloigné.

Elle se rendit compte de son erreur en arrivant au cœur du royaume. La disparition du roi et de sa femme avait causé un grand émoi. Et le procès était dans toutes les bouches. On ne parlait que de ça, chacun allant de ses grandes théories, accusant à tout va. Il ne faisait toutefois aucun doute pour la majorité des gens de la culpabilité de Catriona dans l’histoire, du moins, si l’on en croyait ce que Mordvain prétendait haut et fort.

C’est alors avec une certaine innocence qu’elle croisa la route du Roi Mordvain. Malgré elle, elle attira son attention, et celui-ci s’était alors mis en tête de la conquérir. Comme si elle devait faire partie d’une collection. Il tenta plusieurs fois de lui faire des avances, d’abord subtilement puis de manière plus en plus directe et offensive. A chaque fois, Sephna resta respectueuse, et avenante, mais déclinait ses invitations. Loin de se plaindre de cet intérêt soudain d’une personne de son rang envers elle, au fond d’elle-même, l’instinct de la jeune femme l’invitait à être prudente et rester à l’écart de cet individu.

Cependant, ce que le Roi veut, on ne peut lui refuser. Elle l’apprit à ses dépens, alors que son père se faisait emprisonner par cachet royal. Le Roi Mordvain avait perdu patience. Sephna n’avait pas la force de s’opposer à lui, ni les moyens, pour faire libérer son père et assurer la sécurité de sa famille. Ses frères étaient encore trop jeunes, et de toute manière, le comté de Helmne n’avait que peu d’influence et de pouvoir dans le royaume pour faire plier le Roi.

Acculée, elle céda. Elle céda aux avances du Roi, et accepta d’entretenir une relation avec ce dernier. A contre-cœur, dans l’espoir vain que sa famille serait préservée et tenue à l’écart des velléités de cet homme. Et en aucun cas le temps n’aida à apaiser la douleur de cette situation. A chaque instant, Mordvain lui rappelait le sort qui serait réservé à son père si elle osait se rebiffer. Elle devait lui obéir, quoiqu’il arrive. Quoiqu’il advienne.

Sephna se laissa alors faire, totalement dominée par l’individu qu’il était. Peu à peu vidée de son essence vitale, et de sa volonté de vivre. Le peu de foi qu’elle avait s’en était également envolé. Parti loin. Comme si plus rien ne pouvait la sauver. Car en effet, Mordvain ne faisait rien pour diminuer sa peine. Chaque jour était vécu comme un calvaire.

Pour autant, et malgré toutes les idées qui ont pu lui passer par la tête, elle ne s’était jamais résolue à baisser les bras et se laisser mourir. A chaque fois, elle avait renoncé, et à chaque fois, elle avait reculé. Il y avait au fond d’elle-même une petite fille qui criait, et qui voulait vivre.

C’est alors qu’un étranger prit contact avec elle, à travers des hommes de main. Il se présentait Roi de Rhaemond, Elund Gartred, et prétendait pouvoir lui venir en aide. Et comme en ce monde, rien n’est gratuit, il avait d’abord besoin de ses services à elle. Puisqu’elle entretenait une relation intime avec le Roi d’Eliran, Elund jugeait qu’elle était la mieux placée pour l’espionner, et voler des documents officiels et importants. Il était vrai que, abusé de sa personne et probablement servi par un égo amplifié par l’influence du pouvoir, Mordvain ne se souciait que peu de Sephna. Certains documents étaient donc à sa portée, sans trop de difficulté.

En échange de sa propre libération ainsi que de celle de son père, et de la protection de sa famille, Sephna accepta d’aider le Roi Elund. L’objectif de cette opération était de prouver l’innocence de la princesse Catriona. Et la culpabilité de Mordvain dans les assassinats du couple royal d’Eliran.

Après tout ce temps passé à ses côtés, Sephna avait senti qu’il cachait quelque chose. Sans jamais réaliser l’ampleur de la situation. Peu à peu, elle comprit. Mois après mois, elle subtilisa des missives, et des documents, qu’elle envoyait ou copiait aux hommes d’Elund. Il y avait de tout. Indépendamment, ces documents ne valaient rien. Chacun d’eux pouvait être aisément réfuté ou replacé dans un contexte différent. C’est pourquoi il en fallait toujours plus, et pourquoi Elund n’intervenait toujours pas pour accuser Mordvain.

Mais la situation empira, et Sephna ne pouvait plus attendre. Pour éviter qu’il ne se doute de quelque chose, la jeune femme continuait de servir docilement Mordvain et subvenir aux moindres de ses besoins. Elle tomba alors enceinte. Elle refusa de l’admettre d’abord, avant que son corps ne vienne à lui rappeler brutalement. Elle ne voulait pas accepter la situation, et ne savait pas comment agir. Si Mordvain le découvrait, elle finirait sûrement au fond d’un caniveau…

Alors, elle décida de suivre son instinct. Il était temps de mettre fin à ce tyran, et de dévoiler la vérité. Depuis quelques semaines, elle était devenue sûre et certaine de la culpabilité de Mordvain dans le complot. Encore fallait-il le prouver maintenant. Prise d’un stress difficilement mesurable, elle vola tous les documents à sa portée, dont le journal personnel de Mordvain ainsi que son livre de comptes. Il ne fait aucun doute que s’il avait appris le vol de ces deux biens, Mordvain serait rentré dans une rage incommensurable. Heureusement, il n’eut pas le temps de s’en prendre à qui que ce soit.

Après réception des documents, les hommes d’Elund évacuèrent en urgence Sephna et la protégèrent. Plus jamais elle n’aurait à souffrir sa présence. Les événements s’enchaînèrent très rapidement, et les preuves décrédibilisant Mordvain furent publiées mystérieusement. Un procès fut rapidement annoncé, et la princesse libérée.

A terme, le Roi fut déchu de son titre et emprisonné, tandis que la princesse était officiellement déclarée innocente et libérée. Peu de temps après, Mordvain était retrouvé mort dans sa cellule, il se serait suicidé. Le conditionnel étant important, compte tenu des rumeurs entourant sa mort.

Sephna se fichait de savoir s’il s’était réellement suicidé ou si on l’y avait aidé. L’essentiel était qu’elle en soit débarrassée. D’ailleurs, Elund tînt parole. Son père fut libéré sur le champ, et sa famille put retrouver ses biens et son honneur. La fin d’un long calvaire était annoncé. Elle pourrait à nouveau souffler. Signe de sa bienveillance, le Roi Elund lui accorda également une retraite paisible, en se mariant avec le Comte de Blain.

Ce dernier était un homme d’un âge mûr comparé à Sephna. Veuf d’un premier mariage, et père d’un garçon adolescent. Il était loyal au Roi Elund, et l’un de ses fervents vassaux. Il serait un mari idéal pour reconstruire une vie détruite.

Sephna accepta sans y trouver à dire. Elle voyait le Roi Elund comme une personne de bien, juste et honorable, et son sauveur. S’il considérait le Comte de Blain comme une personne honorable et un bon parti, alors soit. La noble blonde y plaça sa confiance, même si cela l’éloignait encore plus de sa famille, le comté de Blain étant situé à l’opposé de celui où elle a grandi.

Elle put emmener avec elle sa fille, née de cette relation avec Mordvain. Le Comte de Blain accepta de la prendre à sa charge, fermant les yeux sur son origine hors mariage et la paternité d’un assassin. Ainsi, Méline pourra vivre sans ne manquer de rien.

A des lieues à la ronde des petits problèmes de la Blonde, sur un autre continent, un grand changement s’apprêtait à frapper l’ensemble du monde connu. La légendaire Azzura fut retrouvée par une équipe de valeureux aventuriers. Le monde changea en quelques instants. Mais pas pour elle. C’était comme un pet de mouche au milieu de sa vie. Quand bien même certaines personnes autour commençaient à montrer des pouvoirs, même frétillant, le corps de Sephna resta de marbre. Insensible à cette vague de magie qui reprenait sa place dans la nature et les organismes vivants. Ce n’était pas faute d’avoir essayé, quel que peu par curiosité mêlée d’une lichette de jalousie. Mais non, ce n’était pas son tour. Tant pis.

Quand bien même cette première déception digérée, qui aurait pu mettre un peu de fête dans sa vie, elle ne reporta pas ses regrets sur ceux dotés de ce don magique. Au contraire. Certaines personnes seraient capables de reporter leur haine de la différence sur les personnes douées de magie. Ce n’est pas son cas, elle ne comprend pas l’intérêt d’un tel comportement. Ces gens pourraient être utiles, après tout…

Et alors qu’elle commençait peu à peu à reprendre goût à la vie, et découvrir les richesses qu’avaient à lui offrir le territoire de Blain, Elund prit soin de s’entretenir avec elle. Il avait de nouveaux projets pour elle. Il avait pris conscience de l’importance d’être bien informé, c’est pourquoi il demandait à Sephna de former un réseau de renseignement, en secret, en interne du royaume de Rhaemond. Elle avait acquis, au fil du temps, une certaine expérience dans le domaine, et semblait désormais la personne la mieux placée pour cela. Une personne de confiance, et expérimentée, que demander de plus ?

C’est ainsi que naquirent les « Mésanges ». Ce réseau composé exclusivement de femmes, qui espionnaient pour le compte de Sephna, qui centralisaient les informations et faisait part de cela directement auprès du Roi. Sephna choisissait elle-même ses recrues, et les formait. Une activité qui lui prenait beaucoup de temps.

Et du temps, elle en avait. Le comte de Blain s’avérait bienveillant, en tout point. Il lui laissait tout loisir, et vaquer comme bon lui semble. Il ne cherchait rien d’elle. C’est donc une certaine harmonie qui s’installait dans le mariage. Elle retrouva alors le sourire pour la première fois depuis bien longtemps, mais également le rire, la joie…

Dans cette nouvelle situation, elle apprit l’existence de cette maladie qui décimait la population. Rhaemond était un pays qu’elle ne connaissait que peu, ne l’ayant découvert que dans les livres sa jeunesse. Et trop occupée à se morfondre sur sa propre condition, elle n’avait pas prêté d’égard à ce qu’il se passait au-delà de sa propre existence. Maintenant libérée, il en était tout autre. Rhaemond avait été autrefois, et assez récemment en fait, la proie de longues famines et d’une guerre civile meurtrière. Elle était arrivée à Blain bien après tout cela. Mais voilà maintenant qu’une étrange maladie se propageait de villes en villes, ne laissant qu’une traînée de cadavres sur son chemin, et instaurant une certaine peur dans son sillage.

Et la maladie ne faisait aucunement distinction du rang social ou de la race. Le Roi Elund fut visiblement touché, et dans un acte de folie, enferma les malades dans la capitale, terminant de contaminer la population qui y vivait. Avant de finalement s’enfuir, et être retrouvé mort ainsi que sa femme et son enfant… Assassinés.

Sephna apprit la nouvelle de la mort du Roi avec un certain choc. Toute cette histoire lui avait échappé, et ses mésanges n’avaient rien vu venir. Comme si le Roi avait été pris d’une folie invisible, et soudaine. Le royaume était désormais livré à lui-même, faute d’un gouvernement stable puisqu’il n’y avait pas d’héritier pour succéder à Elund. Le Royaume, déjà difficilement uni ces dernières années après une guerre civile qui avait divisé les seigneurs, se retrouvait sans Roi… Il ne faisait aucun doute que certains allaient tenter de profiter de la situation pour assouvir leur soif de pouvoir. Des hommes cupides, prêts à tout, comme Mordvain. La Mésange devait tout faire pour éviter qu’un tyran n’apparaisse…


Ambitions & Desseins


Maintenant que sa situation personnelle s’est stabilisée et apaisée, Sephna peut maintenant porter le regard vers l’avenir. Son passé avec Mordvain aura au moins eu le mérite de renforcer son caractère et lui dévoiler une force cachée qu’elle ne soupçonnait pas.

Son réseau de renseignement, les Mésanges, est encore petit et nouveau. Qu’un petit embryon dans ce monde qui bouge vite. Elle a à cœur de le développer et l’étendre à tout Rhaemond, voir même Seregon. Mais elle se montre prudente, ne voulant pas aller trop vite au risque que cela lui échappe.

Sephna est décidée à utiliser ce réseau pour préserver une stabilité dans le royaume et empêcher les personnes cupides de semer la terreur…



Divers


Reconnaissez-vous être âgé d'au moins 18 ans ? : Je reconnais avoir plus de 18 ans (malheureusement)
Moultipass : Validé par Harden

« Ici gît ma vie sociale »

(Gros merci et Big Up à Namenlos Soylu pour son aide à la relecture)


Calim Al'Azran
◈ Missives : 2299

◈ Âge du Personnage : 82 ans
◈ Alignement : Loyal Bon
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Sharda du Nord
◈ Origine : Al'Akhab - Siltamyr
◈ Magie : Aucune
◈ Fiche personnage : Calim
◈ Crédit Avatar : Old man with a cane By Igor Babailov

Conteur
Calim Al'Azran

◈ Lun 7 Jan 2019 - 19:46

Et c’est validé très chère Sephna !

Je te souhaite la bienvenue ici !!

N’oublie pas de faire tes demandes rp sur le forum ou discord et à faire ton journal de bord si tu en ressens le besoin Very Happy !