Azzura


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Svein Hálfdan ~ Le corbac

Svein Hálfdan
◈ Missives : 34

◈ Âge du Personnage : 18 ans
◈ Alignement : Chaotique neutre
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Alsdern
◈ Origine : Ordanie
◈ Magie : Magie naturelle
◈ Fiche personnage : [url=]http://forum.azzura-rpg.fr/t1634-svein-halfdan-le-corbac[/url]
◈ Crédit Avatar : The strange illustration by Peter Morhrbacher

Héros
Svein Hálfdan

◈ Mer 17 Juil 2019 - 23:51

◈ Prénom :  Svein
◈ Nom : Hálfdan
◈ Sexe : Homme
◈ Âge : 18 ans
◈ Date de naissance : né le seizième jour de la lune d’Elye en l’an 73 de l’ère des rois
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie :Alsdern
◈ Origine : Ordanie Heisenk
◈ Alignement : Chaotique neutre
◈ Métier : Militaire
◈ Crédit avatar : The strange illustration by Peter Morhrbacher Peter Mohrbacher


Magie


Magie naturelle :
Svein s’est lié magiquement à un corbeau du nom de Hrafn. Le lien est établi depuis deux ans mais Svein a encore du mal à comprendre ce lien qui les unis. Le jeune homme comprend que c’est grâce à la magie qu’il a pu établir ce genre de connexion. En revanche il ignore tout de cette dernière et la communication avec Hrafn est parfois compliquée.    


Compétences, forces & faiblesses


> Arts de la guerre

- Maniement d’armes de distance (Arc : Avancé)
= « Svein peut compter sur le maniement de son arc » « Il a encore beaucoup à apprendre, mais les bases sont déjà bien solides. », « une vue perçante, propice au travail d’un éclaireur le garçon fut formé comme tel. »

- Maniement d’armes de pugilats (Dagues : Avancé)
= « Svein peut compter sur le maniement de son arc ou encore de deux dagues quand il s’agit de combat de corps à corps. Il a encore beaucoup à apprendre, mais les bases sont déjà bien solides. »

- Parade (Bouclier : Novice)
= Le statut Novice est mit, car malgré sa formation militaire, il est du genre à foncer dans le tas, ou a ruser, ou a trouver une solution pacifiste.

- Stratégie de combats (Ruse : Avancé)
= « Il était grand, mais peu musclé, il gagnait rarement les combats et dut apprendre à ruser pour parvenir à ses fins. »


> Compétences libres

- Géographie ( Ordanie - Heisenk : Novice )
= À défaut de ne pas savoir lire une carte, Svein sait s'orienter. Ceci lui sera utilise par la suite pour compléter sa soif de découvertes et d'aventures.

- Survie en milieu sauvage : Avancé
= « le jeune homme sait parfaitement bien se repérer dans une forêt. », « il était doué pour explorer et analyser des terrains propices à l’entrainement de son escouade. »

- Pistage de la faune : Avancé
= « Svein est un grand pisteur. Pour se nourrir, il a rapidement appris à traquer, chasser et abattre une proie. »

- Maniement d'armes communes (arcs courts et dagues : Avancé)
= Expériences personnelles et apprentissage militaire.

- Connaissance de la flore & de la faune ( Ordanie - Heisenk : Novice)
= Il sait se débrouiller en milieu sauvage, de ce fait il sait ce qu'il peut ou non manger / utiliser.

- Équitation : Novice.
= « Il sait aussi monter à cheval. »

- Cultivateur : Intermédiaire.
= « S'acharnant sur les terres abandonnées de la ferme, en un an le garçon réussit à faire pousser quelques légumes. »

Forces :
Sa façon de voir le monde est une force pour le jeune Alsdern. Sa naïveté peut être une faiblesse avec le commun des mortels, mais Svein pose toujours un regard neuf sur ce qui l’entoure.

Curieux, il se pousse toujours à faire de nouvelles découvertes, apprendre est pour lui une source de plaisir. Le jeune homme pense également que sa tête, bien instruite peut devenir une arme. La connaissance c’est le pouvoir.

Dégourdi, le jeune homme sait parfaitement bien se repérer dans une forêt. Il a appris très tôt à s’orienter grâce aux étoiles et quand celles-ci font mine de se cacher, Svein se débrouille pour trouver une piste ou simplement revenir sur ses pas.
Puisque le sujet de la forêt est évoqué, Svein est un grand pisteur. Pour se nourrir, il a rapidement appris à traquer, chasser et abattre une proie.

De par son héritage ethnique, le garçon dispose d’une bonne puissance musculaire, une endurance accrue et surtout d’une résistance au climat froid.

Sa formation martiale ayant débuté depuis quatre ans, Svein peut compter sur le maniement de son arc ou encore de deux dagues quand il s’agit de combat de corps à corps. Il a encore beaucoup à apprendre, mais les bases sont déjà bien solides. Il sait aussi monter à cheval.

Faiblesses :    
La naïveté abordée comme une force devient vite une faiblesse quand Svein rencontre des personnes éloquentes. Les marchands peuvent aussi profiter de cette faiblesse pour obtenir des prix plus avantageux.

Bien qu’intelligent Svein ne prend parfois pas le temps de se poser les bonnes questions. Pouvant éviter un combat où mieux l’aborder, le garçon fonce tête baissée et il lui arrive de regretter son emportement.

Son besoin de liberté le pousse à oublier les lois et les règlements. Pouvant mettre sa vie en danger simplement pour se sentir libre. Il a aussi du mal à rester toujours au même endroit. Son service militaire a posé problème de nombreuses fois. Svein, s’est retrouvé privé de nourriture ou simplement enfermé à cause de son envie de découverte.  

Svein est également analphabète, bien que l'armée tente d’instruire ses jeunes guerriers, le jeune homme n'a jamais fait de l'écriture ainsi que de la lecture sa priorité.


Physique


De taille moyenne pour un Alsdern, Svein ne fait pas partie des colosses de sa tribu et c’est bien plus tard qu’il s'en rendra compte. Aux yeux du reste des Valduris il fait figure d’un jeune homme bien grand. Enfin, il espère encore grandir un peu. Mesurant environ 5,6 pieds pour 165 livres, Svein n’est pas non plus une montagne de muscles. Il reste néanmoins solide, bien que sec physiquement. Les cheveux épais, noir corbeau, rasés sur les côtés. Les yeux bleu pâle, presque gris, mélancoliques, sa mère lui a souvent rappelé qu’il avait les yeux du dieu Wern. Une bouche expressive et un nez court, Svein affiche encore quelques signes juvéniles. Pâle, le garçon ne bronze pas facilement. Un début de barbe, Svein est assez tardif de ce côté-là et a eu le droit à quelques moqueries. Son oreille gauche est percée et il porte parfois une étrange pierre rouge à son bout. Premier objet de valeur que le garçon a pu s’acheter.
Une seule et unique cicatrice. Partant du haut de son crâne jusqu’au bas de sa joue et traversant son œil gauche, un combat à l’épée contre un rival lui a valu cette cicatrice. Une simple injure de trop selon lui. Heureusement, le combat n’est pas allé bien loin et les deux garçons s’évitent maintenant.
Svein s’habille avec ce qu’on lui donne, après son entrée dans l’armée il opta pour une armure lamellaire de cuir ainsi que des fourrures. Dans son dos il porte toujours son bouclier avec l’emblème de son clan dessus. Pour le combat, il se contente de son arc ainsi que de deux dagues.



Caractère


Svein est un jeune Alsdern facilement influençable. Il suffit qu’un marchand le repère. Ce dernier est pratiquement assuré de pouvoir vendre à prix plus que déraisonnable sa cargaison. Heureusement pour lui Svein ne garde jamais beaucoup d’argent.    

Naïf, il se retrouve souvent dans des situations complexes. La première fois qu’il s’est retrouvé en ville, Svein a naïvement pensé que les prostitués le hélaient, simplement séduite par son aura. Comment aurait-il pu simplement imaginer que des femmes soient poussées à vendre leurs corps pour survivre ? Une femme proposa ses services au garçon et quand la question de l’argent fut abordée, elle finit par le fuir comme la peste. Toute découverte n’est pas heureuse.

Svein fonce souvent la tête la première dans les ennuis. La réflexion n’est pas le meilleur de ses atouts. C’est un trait de caractère qui va souvent de pair avec sa naïveté. Il n’est pas un très bon bagarreur, du moins en corps à corps. Son père n’a jamais eu le temps de lui apprendre l’art du combat. C’est depuis son arrivée dans l’ordre militaire que Svein a appris les bases. Son chef lui ayant souvent répété qu’il ressemblait plus à un saltimbanque qu’un guerrier.  

Curieux, il adore apprendre de nouvelles compétences. Néanmoins, Svein a généralement besoin qu’on le pousse un peu, sinon, dès les premiers obstacles il abandonne.

Peut-on le traiter d’égoïste ? Svein est un individualiste. Il se concentre que sur son propre bien. Pour faire simple, il n’est pas du genre à mettre sa vie en danger pour autrui. Seuls, sa mère et Hrafn (son corbeau) font exception à la règle. Solitaire depuis de nombreuses années, il n’est pas habitué à avoir de la compagnie. Cela ne veut pas dire qu’il n’en veut pas, mais Svein va très rarement vers les autres.  

C’est également un garçon très débrouillard, avec lui, il n’y a pas de problèmes, que des solutions. La nature par son don est son fief. Svein s'y sent parfaitement bien et il sait que dans une forêt il pourrait y vivre éternellement.

Néanmoins, il n’est pas connu pour être de nature passive, il aime prendre aux parts au conflit et tente de les régler généralement de façon pacifiste. Sinon il use de ruse pour parvenir à ses fins.  

Svein rêve de découverte et il sait qu’il ne restera pas dans son village toute sa vie. Il rêve de gloire et de bataille. Il se fiche éperdument des règlements et des lois. Il aime sa liberté et les règles sont faites pour être brisé pas vrai ?  
 


Inventaire


Vêtements : une seule et unique tenue : celle de l'armée. Une armure en lamellaire de cuir ainsi que des fourrures. Quand cette dernière est devenue trop abîmée par le temps elle est remplacée.

Armements : un arc et des flèches, fournis également par l'armée. Un bouclier qu'il a décoré lui-même de l’emblème de son clan.

Richesses : Une bourse en cuir rempli de la solde que l'armée lui donne. Svein perd généralement le tout en rencontrant un marchand avec de belles paroles. Une pierre rouge accroché à son oreille gauche.

Ressources : Quelques rations alimentaires quand l'armée ne peut pas faire autrement. Sinon un peu de viande séchée et quelques plantes. Une gourde qu'il essaye de remplir de bière quand il en trouve, sinon l'eau d'un simple ruisseau suffit.


Histoire


Naissance :
Svein Hálfdan naquit le seizième jour de la lune d’Elye en l’an 75 de l’ère des rois. Biologiquement, il est le fils d’Urd, une Völva respectée, mais crainte et d’un certain Ivar. Les raisons pour lesquelles la mère décide de donner son fils à un couple de fermiers ne sont connues que de la Völva. Les parents adoptifs n’ont jamais cherché à savoir le pourquoi du comment. Ils étaient déjà honorés d’être choisis par Urd pour s’occuper de Svein. Cela faisait des années, que Freydis Geirr, et d'Aasbjorn Hálfdan tentaient par tous les moyens d’avoir un enfant. Multipliant les offrandes à la déesse Élysea, le couple n’eut jamais le plaisir de créer une descendance. Jusqu’à ce qu’un jour une rumeur parvienne aux oreilles de Freydis. Le village tout entier parlait d’une femme vivant dans la forêt environnante et qu’elle serait prête à faire don de son fils. La rumeur ne disait pas exactement cela, mais pour Freydis et son compagnon c’était enfin le moyen d’avoir un enfant. Le couple s’est donc présenté à Urd comme potentiel parent adoptif. Le père et la mère de Svein ne lui ont jamais expliqué ses origines. Il ne sait strictement rien de son ascendance, il ignore également être adopté. Trop jeune, pour se rappeler de l’évènement et naïf comme il est, Svein n’essaye même pas de questionner ses origines.  

Enfance :
Svein grandit dans une famille de fermiers sans grande prétention. Son village natal se situait en Heisenk, non loin de la frontière de Kaerdum. Curieux, beaucoup trop pour sa propre sécurité, sa mère avait souvent dû intervenir pour le bien de son fils, évitant ainsi que l’espérance de vie de ce dernier ne soit réduite à néant. En grandissant, le garçon subit parfois des moqueries de la part des autres enfants. Son physique trop sec n’était pas vraiment apprécié par les Alsdern. Il était grand, mais peu musclé, il gagnait rarement les combats et dut apprendre à ruser pour parvenir à ses fins. Svein avait du mal à s’intégrer aux groupes d’enfants, il n’avait que très peu d’amis. Isolé dès le plus jeune âge, il commença à développer une sorte d’individualisme. Portant ses propres intérêts avant ceux des autres.
Rapidement, Svein fut confronté à la mort. C’est très jeune qu’il perdît son père. Ce dernier ayant été appelé par son Jarl pour se battre, il ne revint jamais. Personne ne savait ce qui s’était passé, toute l’escouade de son père fut massacrée. Par qui ? Pourquoi et comment ?  Svein se posa ces questions de nombreuses années. Le Jarl qui avait soi-disant envoyé ses hommes défendre ses frontières fut assassiné et remplacé la même année. Le sujet de la mort de son père devient tabou et malgré le chagrin, le temps fit son effet et Svein se tourna vers d’autres peines.
La seconde fois que la mort se confronta au garçon, la famine touchait son village comme de nombreux en Ordanie. Svein et sa mère furent les rares survivants du village. Âgé de seulement dix ans, le garçon comprit que la vie pouvait être cruelle à bien des égards. L’estomac vide et assommé de chagrin par moments il regretta presque de ne pas être mort avec le reste de ses amis. Sa mère, néanmoins avait un caractère bien trempé et si son fils vivait toujours c’est que les dieux avaient pour lui une destinée à lui faire accomplir. Elle insuffla donc une partie de son courage à son fils et, Svein devient un travailleur acharné pour trouver de la nourriture. La chasse fut le seul moyen que trouva Svein pour se la procurer. Les animaux tués permettaient également à Svein de troquer avec le reste des habitants du village.
Pendant un an, les quelques villageois parvinrent à survivre, jusqu’à ce que, forcé d’admettre que ce village était condamné à disparaître, Svein décidât de se soustraire lui et sa mère au chef du village. Le garçon avait simplement entendu parler de la capitale d’Heisenk, Serth. Au moins là-bas, la nourriture serait plus abondante. Avec le peu d’économie que Svein et sa mère avaient réussi à mettre de côté, les Hálfdan réussirent à acheter une ferme en ruine. Elle n’était même pas dans la ville elle-même, mais à quelques lieux de la capitale. Malheureusement, une épée de Damoclès était au-dessus de la tête de Svein. Le temps jouait contre lui, car bientôt il serait appelé à rentrer dans l’armée. Sa mère savait parfaitement bien se débrouiller seule, mais il voulait être certain qu’elle ne vivrait pas à nouveau la famine et donc que son revenu quotidien devait lui permettre de s'offrir suffisamment de nourriture pour que Svein dorme sur ses deux oreilles. S'acharnant sur les terres abandonnées de la ferme, en un an le garçon réussit à faire pousser quelques légumes.  

Adulte :
Le jour de ses douze ans, Svein eut le droit à son rite de passage à l’âge adulte. Autant dans les autres familles c’était un moment de fête, pour Svein c’était tout le contraire. Contraint de se séparer de sa mère, il espérait que, dans six ans, quand il reviendrait, elle serait simplement vivante et heureuse. À contrario, il éprouvait aussi une certaine hâte de commencer son service militaire et de s’extraire de cette vie de fermier promise.

Les premières découvertes commencèrent alors qu’il rejoignait la capitale d’Heisenk, Serth. Découvrant ainsi les joies d’une ville. Enivré de joie par tout ce qui se présentait à lui, il en oublia presque la raison de sa venue. Après son serment d’allégeance à son Jarl il allait être envoyé dans l’une des factions qui s’occupaient des novices. L’allégresse de la découverte de la ville ne dura pas bien longtemps. Il eut simplement le temps de s’acheter une sorte de pierre rouge, le marchand lui ayant promis bonne fortune. Svein s’était certainement fait duper, mais au pire il trouvait qu’elle se mariait bien avec son visage. Le garçon avait remplacé l’un de ses anneaux autour de son oreille par l’étrange pierre. Rejoignant ses nouveaux compagnons, son apprentissage débuta et Svein malgré sa carrure atypique montra rapidement une envie indéfectible de faire ses preuves.

Six longues années de formations à servir l’armée de son Jarl. Et il s’en était passé des choses pendant ces six années. Quelques réprimandes, avec son caractère et ses envies de liberté Svein en avait fait voir de toutes les couleurs à son chef d’escouade. Mais aussi des félicitations quand ces dernières étaient méritées. Malgré les blâmes et les punitions, Svein avait gardé son envie d’exploration et c’est bien ce qu’il comptait faire. Son caractère ne collant pas vraiment avec la discipline de l’armée, Svein ne fut pas amené à rejoindre les rangs de l’armée. Mais, comme tout Alsdern, si son Jarl l’appelait à la guerre, il devrait défendre son pays et ses frontières. Habile à l’arc, et surtout une vue perçante, propice au travail d’un éclaireur le garçon fut formé comme tel. Son service terminé, le jeune homme, avait décidé de revoir sa mère avant de partir à l’aventure. Qu’était-elle devenue en six ans ? Était-elle simplement vivante. Déposés à Serth, ses compagnons d’armes avaient décidé de fêter ce retour à la civilisation et déjà un bon nombre d’eux avaient terminé de dépenser toutes leurs soldes. Pour une fois, Svein fut économe. À pied, il partit en direction de sa ferme, sa mère serait-elle fière de lui alors qu’il n’avait pas été choisi pour rejoindre l’armée ? Quelques questions innocentes tournaient dans sa tête pendant le chemin et malheureusement le garçon n’aurait jamais de réponses.
Arrivé sur place Svein découvrit une ferme complètement abandonnée. La nature avait profité de l’abandon des terres pour reprendre ses droits. Du lierre poussait le long des murs et s’infiltrait dans la vielle bâtisse. Svein n’essaya même pas d’appeler sa mère, personne ne vivait ici depuis des années. Fouillant la ferme, Svein ne trouva strictement rien sur l’absence de sa mère, simplement de vieux meubles poussiéreux. Désireux de trouver une réponse à ses questions, Svein fouilla son ancienne maison de fond en comble. Même Hrafn se mit à la recherche d’explication certainement poussé par le lien, le corbeau avait dû sentir la frustration que ressentait son ami à l’absence de réponse. La nuit finit par tomber et le garçon dut se résigner à dormir ici. Svein n’avait finalement aucune idée de ce qu’il allait faire concernant sa mère. Aucun signe de lutte, aucun départ hâtif, elle s’était juste volatilisée et l’avait rayé de sa vie. Colère, amertume, regret et surtout tristesse de se sentir seul et abandonné. Cette nuit-là, Hrafn qui habituellement dormait en hauteur, sur un arbre décida de rejoindre son compagnon et se lova contre lui.
Le lendemain matin, Svein décida d’arrêter de s’abattre sur son sort et de plutôt prendre cette nouvelle comme une preuve de plus pour se lancer à la découverte du monde. Plus rien ne le retenait ici. Rejoignant la capitale, Svein avait encore sur lui sa solde et après tout pourquoi ne pas se faire un peu plaisir. Les dieux étaient visiblement en accord avec son choix puisque le jeune homme arriva en plein jour de fête. La ville était en effervescence. De nombreux marchands criaient pour vendre leur marchandise et Svein dû se faire violence pour ne pas se précipiter acheter quelques babioles. Dans l’idée, le jeune homme avait bien envie de se trouver une femme pour la nuit. Et s’il pouvait éviter de payer, c’était encore mieux. Dans un premier s’il voulait éviter de passer pour un mendiant il devait faire un tour dans le lac environnant. Svein n’était pas vraiment difficile sur l’hygiène. Déposant toutes ses affaires sur la berge (avoir un corbeau comme ami c’est pratique pour surveiller), complètement nu, il plongea la tête la première dans le lac. Se laissant flotter à la surface, il fut dérangé dans son bain par Hrafn. Ce dernier piaillait avec insistance en signalant un intrus ou plutôt une intruse. La jeune femme ne se dirigea pas vraiment vers ses affaires, elle le regarda simplement avec un malicieux sourire. De loin, Svein ne remarqua que sa chevelure rousse et rien de plus. Le temps de s’approcher pour entamer la discussion, elle avait disparu. Avait il rêvé ? Peu importe, de toute façon il était assez propre et il était temps de rejoindre les festivités. La journée laissa place à une nuit douce. Mélangé à la populace Svein avait profité comme tout un chacun de la fête. Néanmoins, il n’avait toujours pas trouvé de femme pour accompagner sa soirée, il avait donc décidé de la continuer seul. Le destin en décida autrement. Rejoignant une taverne, Svein avait choisi de se prendre une chambre pour la nuit, quand soudain il remarqua au fond de la salle une jeune femme avec une chevelure rousse. C’était peut-être celle qui l’avait observé au lac ou une autre, dans tous les cas le jeune homme avait toujours eu une préférence pour les femmes aux cheveux de feu. S’invitant lui-même à la table de la mystérieuse jeune femme il tenta de la séduire avec l’aide d’Hrafn. Ce dernier accroché à l’épaule de son ami n’était jamais très à l’aise dans les lieux remplis de monde comme les tavernes. Mais avec insistance Svein réussit à obtenir de sa part une petite aide. Le jeune homme au détour de quelques tavernes, avait mis au point un petit jeu pour tenter d’approcher les jeunes femmes. Hrafn exécutait certains tours pour son ami. Au mieux cela impressionnerait sa future conquête au pire cela la ferait fuir. Au moins il était fixé. Avec la rouquine il obtint un rire bien franc. Mais cette dernière n’était pas dupe et proposa un défi au garçon.

- Demain, un tournoi aura lieu. J’ai remarqué que tu portais un arc, alors voici mon défi, participe au concours d’archerie, remporte la victoire et tu seras récompensé.

Fallait-il toujours une épreuve de force pour obtenir ce qu’il voulait ? Et bien visiblement oui. Heureusement, l’épreuve en question devrait être facile pour lui. Qu’aurait-il fait si la rouquine lui avait demandé de se battre contre un autre type à main nue ? Il préférait ne pas y penser.
Le lendemain matin, l’épreuve eut lieu sous le regard du Jarl et de…la rouquine. Faisant assez rapidement le lien, Svein savait qu’il se présentait au-devant de grands ennuis à tenter de courtiser la fille d’un Jarl. Les traditions voulaient que jamais un fil de fermier comme lui, daigne simplement poser ses yeux sur une fille de si noble lignée. Néanmoins, Svein était jeune et il se fichait complètement des traditions. Et puis personne ne serait au courant de leur petit jeu. Le garçon devait être destiné à remporter la victoire, car toutes ses flèches firent mouche. À la clé, il ne remporta pas grand-chose, simplement des points en plus dans le tournoi. Étant donné qu’il ne participait pas au reste des épreuves, il s’en contrefichait. Sa récompense à lui l’attendrait ce soir à la taverne.
La rouquine cachée sous une cape le rejoignit en fin de soirée, oubliant les politesses elle demanda directement à Svein de prendre une chambre. Une fois le pas de la porte passé elle demanda avec une pointe de sarcasme :

- Le corbeau va nous accompagner toute la nuit ?

Gêné par cette remarque, Svein en avait oublié son compagnon, tellement habitué à sa présence. Attrapant Hrafn sur son épaule il s’approcha de la fenêtre et murmura en vague désolé. Le corbeau croassa de colère d’être fichu ainsi à la porte ainsi. S’envolant dans la nuit, le lien se fit un plus faible. Enfin, Svein n’eut pas vraiment le temps de se racheter auprès de son ami que déjà la jeune femme qui l’accompagnait avait entamé les hostilités. Svein y répondit et s’abandonna à la nuit de plaisir qui s’offrait à lui.
Qui sème le vent récolte la tempête. Un proverbe que Svein n’avait jamais entendu, mais celui-ci se prêtait bien à la situation. Réveillé aux aurores par des bruits de pas derrière sa porte, le garçon sorti rapidement du lit en comprenant que bientôt l’espèce de brute derrière la porte allait la défoncer. La veille, la jeune femme avait pris le temps de bloquer la porte à l’aide du mobilier. Clé ou pas, personne ne pouvait rentrer sans user un peu de force. Revêtant le plus rapidement ses affaires, Svein fit les frais d’une soirée trop arrosée et le colosse parvint à ouvrir la porte alors que Svein venait d’ouvrir la fenêtre pour s’échapper. L’homme se précipita sur lui, bien plus fort que le jeune homme, il commença à l’étouffer. Serrant ses doigts immenses sur sa gorge. Svein commençait à manquer d’air, se débattant avec acharnement, il attendit à peine l’homme lui dire.

- Je te connais toi…tu t’es inscrit au tournoi hier !

Svein se maudissait d’avoir donné son véritable nom à l’inscription. Mais S’il ne se libérait pas rapidement de la poigne de l’homme, il ne pourrait plus jamais se maudire de quoi que ce soit. La rouquine tenta de faire libérer Svein à l’aide de la parole. Le garçon n’entendit même pas les phrases. Commençant à manquer cruellement d’air, sa vision se fit trouble, quand soudain alertée par le lien, Hrafn fit interruption dans la chambre. Toutes serres en avant il s’attaqua à la tête du colosse. Ce dernier, obligé de se défendre lâcha Svein. Sans demander son reste Svein sauta par la fenêtre, rejoint par Hrafn, le garçon courrait le plus loin possible de la chambre. La légende dit qu’il court encore.                      


Magie :
La magie de Svein s’est manifestée pendant l’épisode le plus effrayant de sa courte vie. Le jeune homme avait été envoyé en éclaireur par le chef de son escouade, sa mission était simple. Trouver un endroit pour établir le prochain campement. Le jeune homme partit ainsi avec un minimum de vivres et d'équipement : assez pour tenir seulement quelques jours. Son chef lui avait demandé d’établir le camp non loin d’un lac environnant. Celui-ci était seulement à une journée de marche, néanmoins le terrain était difficile à appréhender. L'endroit où il se rendait était situé en altitude. La fonte des glaces venait tout juste de commencer, et encore qu'à cette hauteur là, Svein ne savait pas si la glace allait véritablement fondre.
Svein avait déjà prouvé à maintes reprises qu’il était doué pour explorer et analyser des terrains propices à l’entrainement de son escouade. Jusqu’ici, il n’avait jamais rencontré le moindre problème pendant l’une de ses missions. Il adorait être envoyé en éclaireur, sa soif de découverte étant ainsi étanchée. Porté par cette envie, le garçon était moins attentif et surtout moins précautionneux. Une erreur de jeunesse qui allait avoir de lourdes conséquences. Impatient, Svein ne prit pas le temps de se poser les bonnes questions et il préféra prendre un chemin plus dangereux, mais plus rapide. Svein tenta de traverser un banc de glace. Il l’avait déjà fait auparavant et rassuré par une expérience positive, il avança dessus sans se douter de son erreur. Le garçon ne faisait pas partie des Alsderns les plus lourds, mais son poids suffit à briser la glace. La chute ne dura même pas quelques secondes. Au final, il était simplement aspiré par une fissure. En levant la tête, il pouvait voir le ciel. Tendant ses bras le garçon essaya d’attraper un rebord, n'importe quoi pour l’aider à se hisser hors du piège de glace. Mais toute paroi était glissante et Svein n’avait qu’un bras à disposition, l’autre étant enfoncé dans la glace avec le reste de son corps. Svein essaya de se débattre, mais il ne bougea pas d’un pied. La peur commençant à s’immiscer dans son esprit, il redoubla d’efforts, mais toujours rien. Il commença à appeler à l’aide, mais tout n’était que silence autour de lui. C’était la première fois que le garçon était confronté à ce genre de situation et il était complètement perdu, épuisé à force de tenter de sortir.
La lune fit son apparition dans le ciel et avec elle les espoirs de Svein de sortir vivant commencèrent à disparaître. Il commençait à avoir faim et soif alors que cela ne faisait que quelques heures qu’il était bloqué là. Mais le simple fait de penser qu’il allait mourir ainsi, commença à accélérer l’envie de boire et de manger. C’est dans ce moment de désespoir total que son don s’activa en quelque sorte. Ses appels à l’aide avaient amené quelques curieux à se pencher au-dessus de la crevasse. Parmi ces curieux, un corbeau en particulier était déjà venu le voir plusieurs fois. Au moins, il apportait à Svein la distraction d’oublier le temps d’une minute sa peur. Le corbeau faisait de nombreux allers-retours et en une journée Svein l’avait aperçu de nombreuses fois.
Une première journée était passée et Svein rêvait maintenant d’un cuisseau de bœuf rôti. Laissant cette sensation l’envahir, il ferma les yeux quelques minutes. Et il les rouvrit subitement en sentant une sorte de ver de terre s’asticoter sur le haut de son torse. Autant dire que son envie de bœuf venait de disparaître.

- Croâ, croâ !
Son nouvel ami le corbeau avait l’air de s’impatienter. Continuant de croasser, impatient, il envoya un nouveau ver à Svein. Portant son regard sur le corbeau il avait l’impression de comprendre l’intention du corbeau. Il tentait de lui donner à manger.

- J’ai compris ! tu veux que je le mange…bon de toute façon au point où j’en suis.
S’aidant de son seul bras libre il mangea la pauvre bestiole.
Au second jour, Svein tenta de se concentrer sur l’étrange lien qu’il avait avec le corbeau et il lui envoya une sorte d’image de fruit. Rien au début, puis après, quelques essais infructueux le corbeau revient avec des mures et lui tendit son bien.
Svein devait lui faire comprendre qu’il devait aller chercher de l’aide, un humain aurait suffisamment d’allonges pour le sortir de là. À nouveau, il fit appel à son lien, mais le corbeau poussa de petits cris d’incompréhension. Les jours passèrent sans qu’il ne parvienne à envoyer son nouveau compagnon chercher de l’aide. Il allait mourir à petit feu, car bien que doté de bonnes intentions le corbeau ne pourrait jamais le nourrir suffisamment.
Heureusement, la chance finit par lui sourire et un groupe d’escouade le retrouva. Aidé par deux des membres de son escouade il parvient, enfin, à sortir de l’enfer.
Le corbeau quant à lui décide de suivre Svein, se posant sur l’une de ses épaules. Les hommes étonnés de ce comportement décidèrent de lui donner un surnom :  Le corbac



Ambitions & Desseins


Simplement découvrir le monde.



Divers


Reconnaissez-vous être âgé d'au moins 18 ans ? : oui
Moultipass : mdp validé par pépé



Calim Al'Azran
◈ Missives : 2329

◈ Âge du Personnage : 82 ans
◈ Alignement : Loyal Bon
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Sharda du Nord
◈ Origine : Al'Akhab - Siltamyr
◈ Magie : Aucune
◈ Fiche personnage : Calim
◈ Crédit Avatar : Old man with a cane By Igor Babailov

Conteur
Calim Al'Azran

◈ Mer 24 Juil 2019 - 13:19

Et c’est validé =p


On espère qu’il courra assez vite pour échapper au Jarl et à ses hommes 🤣.