Azzura

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Yoric Lothar - Roi d'Elra

Invité
Invité

◈ Ven 5 Déc 2014 - 9:58

◈ Prénom :  Yoric
◈ Nom : Lothar
◈ Sexe : Homme
◈ Âge : 27 ans
◈ Date de naissance : Premier Lunae Aldar de l'an 63
◈ Race : Vrëen
◈ Ethnie : Valduris
◈ Origine : Ordanie - Elra
◈ Alignement : Neutre - mauvais
◈ Métier : Roi d'Elra - Allié des Royaumes Unis d'Ordanie


Magie


Magie élémentaire :

L’eau est partout dans ce monde, parfois présente et souvent souterraine, elle draine la terre dans ses milliers de nervures, elle est source de vie. A basses températures, elle n’est que le sommeil et les souvenirs de celle-ci dans les méandres du temps. Comme toute magie élémentaire, la réciprocité est de pair, vase communiquant d’un tout infiniment invisible, là où l’on prend, il manque ailleurs, l’équilibre précaire doit être maintenu.

Mëra 89 :
Il faisait froid, très froid mais non pas dans la pièce, mais dans son corps, que se passait-il ? La soirée mondaine battait son plein, les dames virevoltaient d’un cavalier à l’autre. Attablé, Yoric avait manqué de lâcher le verre qu’il tenait à la main, le vin s’étant changé en glace. Le spectacle ne l’intéressait plus, il avait beau se frictionner les mains sous la large table, rien n’y faisait, elles prenaient une étrange teinte bleutée. Dans la hâte, il s’était alors excusé pour se retirer dans ses appartements délaissant ses convives intrigués. Dès son entrée, il avait attrapé, à la volée, la cruche qui se trouvait sur une commode de bois ouvragé, il avait déversé un peu d’eau dans la vasque et y avait plongé les mains, scrutant dans la pénombre son reflet blafard dans le miroir. Il abaissa ses prunelles répondant soudainement à la douleur parcourant ses doigts, il avait émis un cri étouffé d’effroi en se retrouvant piégé dans la glace du conteneur en porcelaine. Ce fut la première fois…

Quelques temps après, le souverain comprit que la magie était revenue sur Rëa, même si la plupart des gens ne croyaient en les dires farfelus des moines d’Azzura, lui l’avait constatée à ses dépens. Comment était-ce arrivé ? Il était incapable d’y répondre, il se savait changé, investi d’un pouvoir qui le dépassait et le rendait plus téméraire face à ses adversaires mais plus discret ne sachant contrôler ce nouveau don qui n’était pas de lame d’acier. Son changement d’humeur est caractéristique à l’apparition involontaire de sa magie. Des petits cristaux se forment au bout de ses doigts. De peur d’être jugé, ou même destitué, il conserve le secret de son pouvoir, seule sa sœur est au courant. Pour combien de temps ?

Maitrise : (novice :glace)

L’eau est source de vie, la glace n’est que trépas.




Compétences, forces & faiblesses


Forces :Un caractère de conquérant, un enseignement rigoureux des mondanités et un entrainement habille et stratège. Il peut être un adversaire redoutable protégeant ceux qui lui sont chers envers et contre tout.

Faiblesses :Impulsif, beaucoup trop, il peut commettre des erreurs dommageables sous le coup de l’émotion. Son intérêt ne se porte que sur ce qui lui apporte, il est préférable de ne pas toucher à ceux qu’il aime.

Connaissances :
- Géographie (expert)
- Histoire (expert)
- Noblesse et royauté (maître)
- Religion Vrëen : culte d'Alvar (maître)
- Langues :
Elran (maître)
Kaerd (expert)

Art des combattants :
- Combat à mains nues (expert)
- Combat armé : épée (maître), hache (intermédiaire), masse (intermédiaire) et arc (expert).
- Stratégies de combat (maître)
- Stratégies de guerre (maître)

Arts des voleurs :
- Agilité et adresse (expert)
- Déplacement silencieux (intermédiaire)

Arts des navigateurs :
- Navigation (intermédiaire)
- Natation (expert)

Art des chevaliers :
- Combat (maître)
- Equitation (maître)

Art des politiciens :
- Intimidation (expert)

Arts de représentation :
- Danse (surtout pour séduire les dames de la cour) (expert)



Physique



Cheveux : Couleur de jais
Yeux : Bleu profond
Taille : Un peu plus de cinq pieds, six pouces et demi, soit 1,80 mètre environ
Signe distinct : quand il utilise sa magie, son regard s'intensifie d'un éclat bleuté surnaturel

Vrëen et de noble lignée, Yoric est subtil, de physique moins rustre que son père, il a les cheveux noirs, d’une certaine longueur leurs extrémités lui caressent la nuque et parsèment son large front de mèches rebelles qui aiment à lui barrer la vue quand il ne passe pas inlassablement sa main dans sa tignasse de jais, plus dans l’agacement que pour se donner un genre. Un visage ovale à la mâchoire fine bien que masculine, des sourcils noirs et bien dessinés soulignant un regard charmeur d’un bleu profond. Un nez droit, des lèvres agréables, douces, des tendres baisers qu’il aime à faire aux demoiselles, et parfois voraces, aventureuses dans l’intimité de ces dernières.

Sa stature est droite, assurée, un port de tête fière et orgueilleux de son pouvoir souverain, suffisant, il se pavane tel un paon conscient de son effet sur la gente féminine. Toutefois, il ne laisse pas en reste ses opposants, son corps est certes plaisant au regard, il est également puissant, musclé et robuste à la bataille. Des pectoraux saillants se dessinent sous ses chemises, des abdominaux serrés maintiennent sa position altière en toute circonstance. Ses biceps sont fermes pour supporter le maniement de certaines armes de guerre. Ses cuisses sont massives l’ancrant dans la terre pour une plus grande stabilité au combat. Il a également hérité par mégarde d’une large cicatrice sur le flanc droit, ayant mal protégé de son épée cette partie de son corps lors des innombrables invasions d’Elra. Elle reste cuisante à son coté, lui rappelant à son bon souvenir qu’une vie peut-être déchirée par une lame plus habile que la sienne. Pas besoin de détailler le reste, il va sans dire par les dames de la cour, que le Roi en fait très bon usage, à leur plus grand plaisir.

Assurant aussi bien sur le champ de bataille que dans les bras des jolies filles, Yoric n’a rien à envier à personne. Ou peut-être, le fait qu’il ne puisse avoir officiellement plusieurs épouses…


Caractère



Par quoi commencer, ceux qui le connaissent, débuteraient par la liste de ses défauts, les plus récurrents, écrasants même, mais néanmoins Yoric n’est pas dépourvu de certaines qualités. Vraiment ?...

Tout d’abord très impulsif, il peut virer en une fraction de seconde d’une émotion à l’autre sans signe avant-coureur. L’orgueil est prédominant chez lui tout comme sa suffisance, il est pompeux et a une assurance déplacée. S’il n’était pas efficace dans la gestion de son royaume, fine lame et fin stratège, sa tête serait déjà séparée de son corps à n’en pas douter. Il n’a pas la langue dans sa poche, aussi bien pour le verbe le plus raffiné que pour les ordres les plus tranchants, incisif il n’y va pas avec des pincettes. Profondément jaloux, il vaut mieux ne pas être son adversaire en duel pour les faveurs d’une belle pucelle. Coureur de jupon, la fidélité n’est pas vraiment son fort, il aime à chasser plusieurs gibiers à la fois. Lunatique, il peut être de bonne compagnie pour festoyer tel un goret, mais aussi profondément mélancolique et austère, dans ce cas de figure, il vaut mieux le laisser tranquille au risque de prendre des coups perdus. Bagarreur à ses moments, il ne défend que ses intérêts propres. Possessif, ce qui lui appartient ne saurait se dérober à lui sans trépasser. Il est donc tout de contraste, un tantinet colérique à ses heures.

Cependant, sous ce charmant tableau, le souverain d’Elra sait aussi être magnanime, sous sa carapace de défaut bat un cœur généreux et protecteur pour ceux qui ont su se rapprocher de lui ou le toucher. Entaché par son enfance meurtrie, par son éducation stricte, il est finalement plus écorché qu’il n’écorche de plein gré. Intelligent et perspicace, il apprend vite, se montre pragmatique quant aux changements à faire pour son royaume. Il est bien entouré par son Haut Conseil qu’il écoute avec bienveillance, mais son armée est sa seconde famille pour y avoir passé le plus clair de son temps à l’entraînement alors que son père gouvernait. Les horreurs qu’il a pu voir sur les champs de bataille, ont façonné une cuirasse dont il ne se sépare jamais. Il n'est pas vraiment croyant, il préfère voir les choses que de les fantasmer, il pratique pour montrer l'exemple mais ça ne fait plus partie de ses convictions. Il peut être doux et mielleux, adorable et charmeur quand son instabilité émotionnelle ne prend pas le dessus pour lâcher ses foudres meurtrières. Tout dépend où l’on se trouve dans son cercle d’intimité, à l’intérieur ses qualités en font un être appréciable et à l’extérieur tout à fait détestable.

Enfin, il est fin tacticien, s’alliant au pouvoir le plus prometteur celui, lui permettant de faire fructifier Elra, son peuple et sa monarchie. Capable de retourner sa veste s’il le faut, il peut être un rempart ou une aiguille dans le pied des Royaumes Unis. Les dernières invasions d’Elra, le dépouillement de la cité furent un désastre dont les séquelles marquent encore tous les esprits. Loyal envers les petits gens, il fera tout pour préserver la quiétude de la populace.


Inventaire



Equipement de guerre :

Une tunique à manches longues en lin sur des hauts de chausses de même facture avec des chausses épaisses. Une gambison rembourrée de laine pour accueillir une armure en métal façonnée par les plus grands maîtres forgerons. Un haubert en tissé de maille en forme d’anneaux métallique recouvre la gambison jusqu’aux genoux et protège une partie du crâne sous le heaume royal. Des jambières assurent la protection de ses membres inférieurs. Un plastron vient recouvrir la cotte de mailles et des plaques de métal recouvrent ses membres supérieurs jusqu’aux gantelets.
Il porte également une surcote arborant les armoiries de la famille royale d’Elra, bleu et argent dessinant un poisson à belles écailles en dessous d’une couronne d’or.
Son étalon est muni d’une barde en plaque de métal, composée d’un chanfrein sur lequel est gravé l’écusson royal, d’une barde d’encolure en plaques sectorielles et de croupe. D’un flançois et d’un plastron.
Un caparaçon aux armoiries d’Elra est tendu sur l’ensemble de la barde de l’animal qui porte fièrement la marque de sa maison au combat.

Armement de guerre :

Arme de prédilection : épée courte à lame légère toujours à son flanc lors des combats, rangée dans son fourreau, elle a déjà transpercé bien des cœurs sans armure.
Utilisé en début de bataille, pour se fondre dans la mêlée, un bouclier de fer forgé d’environ 2 coudées de longueur en forme d’amande sur lequel figure l’effigie du poisson à la couronne, souvent en combinaison avec une lance.
A sa selle également, on peut retrouver une masse composée d’un manche en bois et d’une partie contondante à l’extrémité en fer et pointes meurtrières.
En arme auxiliaire de dernier recours, une dague est cachée sous ses haut de chausses, maintenue par un lacet de cuir à son mollet, il l’utilise pour sa protection rapprochée et non sur le champ de bataille.
Il sait également manier l’arc, mais plutôt en divertissement pour la chasse.

Vêtement d’apparats et habituels :
Une chainse de soie ou de lin, de couleur blanche la plupart du temps, lacée au niveau du torse, mi- longue avec des hauts de chausses foncés également en lin ou en laine en hiver et des bottes de cuir souple noires. Par-dessus sa chemise, un doublet en velours de couleur assez sombre également, soit teint en noir ou en bleu foncé, piqué de fils d’or ou d’argent, de somptueux boutons à l’ouvrage délicat, quelques dentelles en bout de manches ou en col. Ou parfois, une cotte de cuir souple brune lacée à l’avant, sans manches laissant apparaître sa chemise.

Les couleurs de sa maison sont le bleu et l’argent, pour les festivités, il revêt celles-ci avec un pourpoint  de velours et une large cape bleue brodée d’argent. Sa couronne d’or n’est pas sertie de pierres, elle est finement ouvragée en plusieurs pointes faisant le tour de son crâne , d’une épaisseur d’un bon demi pouce de largeur dont une plus longue à l’avant et à l’arrière ainsi que sur chaque côté.
Il porte pour seul bijou, une bague à l’index droit, il s’en sert pour cacheter les missives royales, il s’agit du sceau des Lothar.



Histoire



On pourrait croire que Yoric était un privilégié de la société, né dans la soie, le miel et les richesses liées à son rang de petit prince, noble de succession à son père le Roi d'Elra. Une part d'ombre subsiste pourtant.

L'épouse de Dagan Lothar ne pouvait avoir d’enfant, ceux qui par chance voyaient le jour, n’étaient que difformes, pour les autres morts. Par le plus grand respect qu’on lui devait, personne ne la suspectait de magie noire, ni d’être damnée par le Dieu Alvar. Mais les petites créatures qui sortaient de ses entrailles étaient laides et n’avaient pas la force de survivre toutes seules. Malgré cette tragédie, le Roi ne la congédia pas et conserva celle qu’il aimait auprès de lui. Les médecins de l'époque s’étaient penchés sur son triste sort, commun à dire vrai, au mélange bien trop rare des sangs de la région pour engendrer un nourrisson en bonne santé. La Reine n’était pas de celle à se laisser abattre, pas du tout stupide,  elle trouverait un moyen d’offrir à son tendre mari, une digne descendance.  

An 63 :
Le crime se paie toujours, et même celui qui a faim se doit de donner tribu à son seigneur sans quoi, il lui en coûtera pour le vol de sa pitance, une partie plus ou moins grande de son corps en dédommagement. Le voleur n’était pas à son premier méfait à Caldra et quand il tenta de dérober une vache laitière à son propriétaire ivre, la garde de patrouille, cette nuit-là, lui était tombée dessus.  Le bougre avait été conduit immédiatement dans les geôles de la ville dans l’attente d’un procès.
Par le plus étrange des hasards, la douce souveraine se trouvait avertie de l’événement, non pour sauver le mécréant, mais parce qu’une jeune femme l’avait mandé au matin, avant son exécution prononcée un peu plus tard, et que dans ses bras, elle portait un nourrisson. Ainsi donc le lait aurait servi à nourrir l’enfant...L’échange se fit entre l’étrangère et la Dame de noble lignée. Libérant le prisonnier contre le lourd tribu de l’abandon de leur progéniture, le couple de malfrats disparus.
La Reine s’empressa d’apporter le bébé à son nouveau père. Dagan accepta le présent sans broncher, ni même en ayant la curiosité de demander d’où provenait le petit garçon, la joie le remplit d’un amour certain et tous deux conservèrent le secret. Les deux bandits furent traqués pour éviter qu’ils ne révèlent un jour l’identité du futur prince, ce qui compromettrait la succession au trône. Toutefois les sicaires lancés à leurs trousses ne réussirent qu’à les blesser, ils échappèrent à leurs meurtriers en prenant la mer.  
La présentation du petit prince au peuple n’éveilla pas non plus les soupçons, car après tout, les miracles existaient bien sur Rëa. C’est dans un enthousiasme général que Yoric fut accueilli du haut de ses quelques jours au sein de la maison royale et put y grandir choyé par tout l’amour de ses nouveaux parents.

An 65 :
Par on ne sait quelle chance, la Reine tomba enceinte une nouvelle fois et mis au monde une magnifique petite fille en parfaite santé, de son sang et de sa chair, elle fut soulagée d’apporter au moins un enfant sain à son époux. Même si Leya était de noble lignée, Yoric conservait sa place au sein de la famille royale et succéderait à son père quand sa mort serait venue. Aucune différence ne fut faite entre les deux enfants et le secret des origines du prince restèrent secrètes.

Cette même année, alors que le calme planait avant la tempête, que les ouailles étaient heureuses de compter un nouveau membre parmi leur royauté, l’alliance d’Elra et de Kaerdum avait concentré la plupart des soldats de la cité aux portes de Raiendal, la capitale des Royaumes Unis, pour repousser l’ennemi Alsdern. Les côtes furent prises avec facilité, les villages et les villes s’embrasèrent, leurs richesses se déversèrent à l’affût des assaillants, remplissant leur bourse du pain du lendemain. Le manque d’effectif avait ravagé Caldra, toute l’Ordanie était ruinée, toutefois, Dagan avait su protéger les siens à l’intérieur de sa forteresse, mais les pertes humaines étaient importantes.

An 68 :
Une tentative du Roi Ivar d’Heisenk manqua de faire ployer une nouvelle fois ses opposants. Cette fois, Elra et Lyria furent averties et purent prendre des dispositions pour accueillir la vermine. La guerre fit rage, les pertes furent catastrophiques des deux côtés, les forêts et les montagnes d’Elra devinrent des cimetières à ciel ouvert, la puanteur de la décomposition empestait les villages alentour. La mer n’était plus qu’une décharge de carcasses navales éventrées où de multiples visages sans vie flottaient. Heureusement Thorleif Alwin, le traître, fit tuer Ivar et délivra les Royaumes Unis d’une guerre bien trop longue. Enfin la paix reprit ses droits en Elra et doucement, la cité se reconstruit basant sa richesse sur son commerce du sucre.

An 70 :
Dagan envoya son fils à l’âge de 7 ans seulement, sous la tutelle de son sénéchal pour parfaire son apprentissage. Séparé de sa sœur cadette, arraché aux bras de sa mère, ce fut une enfance brève pour le prince, les jeux innocents se succédèrent rapidement à un enseignement rigoureux et intense de jeune militaire. Il ne revient que rarement auprès des siens et Leya le vécu très mal. Elle devient presque sauvage, couvée par sa mère, cloîtrée dans une éducation de bienséance étouffante, elle voyait en son frère une certaine liberté. Alors qu’elle grandissait, plus belle de jour en jour, Yoric s’endurcissait, il voyageait beaucoup dans les différentes contrées d’Ordanie, s’enrichissant du savoir des différents clans qu’il rencontrait.

La Reine avait constaté une étrange attraction entre ses deux enfants, était-ce quelque chose de malsain ? Leya était parfaitement enthousiaste aux retrouvailles avec son aîné et ce dernier, toujours prompt à la cajoler. Une importante fraternité ? Elle se doutait bien que Yoric avait fréquenté le lit des prostitués bien trop jeune et que les hormones des deux jeunes adolescents étaient en ébullition, il était temps de trouver un prétendant à la princesse pour éviter qu’elle n’arrive déflorée à son mariage !

An 82 :
Le prince fut rappelé à Caldra, le Roi était mourant. Il s’était entretenu avec lui la veille de sa mort, Dagan lui avait alors avoué ses véritables origines. Yoric fut terrifié par cette révélation, si le monde savait, il serait aussitôt banni du royaume, traité comme un souillon,alors qu’il avait tant appris, tant donné pour être un bon souverain. Qu’adviendrait-il de sa sœur, il lui avait promis de toujours la protéger, et sa mère ? Le Roi s’était éteint dans son sommeil, il n’avait pas souffert et Yoric lui succéda. Il entreprit son règne dans un faste étonnant et se rapprocha un peu plus de Leya mettant une ambiguïté certaine dans leur relation. D’ailleurs, celle avec sa mère s’en retrouva tendue, il envoya cette dernière dans un des domaines de la famille pour qu’elle puisse se reposer et y couler des jours heureux. Encore jeune, le Roi était connu pour son mauvais caractère, il restait cependant aussi juste qu’il le pouvait en protégeant ses intérêts propres. Heureusement son Haut Conseil arrivait à orienter ses décisions de manière à conserver le peuple en bonne grâce vis à vis de leur monarque.

An 84 :
Kaerdum fut a nouveau touché par Zeran Rheff pour d’obscures raisons dont il était le seul dépositaire, les armées alliées n’eurent pas le temps de se mobiliser pour venir au secours de la capitale des Royaumes Unis, averties bien trop tardivement.  Toutefois, Yoric devenait plus distant face à l’alliance estimant qu’Elra et Lyria avaient subi trop de pertes pendant les précédentes guerres. Kaerdum se relevait toujours de ses cendres mais son royaume avait subi des ravages conséquents en plus d’être dévalisé de ses richesses. Il n’avait pas encore retourné sa veste, mais songeait à une loyauté plus diluée envers Harden de Dévéra.

An 88 :
Les armées Vrëen durent une nouvelle fois se réunir pour protéger le Roi d’Heisenk qui fut contesté par son propre pouvoir, le filou assis sur le trône Alsdern était contesté par ceux là même qu’il avait trahis, finalement, il n’avait que ce qu’il méritait. Quelques troupes d’Elra aidèrent l’alliance, parce qu’on lui forçât la main, sans quoi, il aurait tout bonnement refusé d’y assister. Ses hauts conseillers lui suggérèrent de mettre de côté ses états d’âme et de conserver l’alliance intacte.

An 89 :
La glace prit une place prédominante dans sa vie, alors qu’il luttait contre son envie ferme de réformer le système politique de son royaume, d’autres préoccupations y mirent un terme. Qui était-il ? Ses mains transformaient par moment ce qu’elles touchaient en glace et ce nouveau don encore bien maladroit, il préférait ne pas l’ébruiter, déjà qu’il n’était pas de sang royal, il ne voulait pas attirer davantage l’attention sur lui. Cependant sa sœur qui était très proche de lui s’en aperçut, mais il ne la mit pas au courant de son ascendance, du moins pour le moment. Profondément jaloux des prétendants que sa mère lui choisissait, il avait souvent des éclats de colère et quelques accidents se produisirent, camouflés par nos deux compères.

A ce jour, le Roi règne sur son petit royaume dans une certaine tranquillité, faisant fructifier le commerce, jouissant des attentions des pucelles du pays et conservant son étreinte sur celle qu’il désire. Il garde la main à son fourreau, bien qu’il se perd en batifolage, il reste une fine lame, il vaut mieux éviter de le contrarier.


Divers



Liens avec le personnage :
Leya Lothar : sa soeur, il l'aime beaucoup, elle lui plait, il est assez troublé par ses sentiments envers elle, à la fois il la désire, mais la morale veut qu'il ne la touche pas. Maintenant qu'il connait la vérité sur ses origines, il comprend qu'il puisse éprouver de l'amour pour elle. Il devrait la marier pour faire profiter à son royaume d'une nouvelle alliance avec une contrée riche ou puissante, mais il prétexte toujours un contre-temps pour la conserver auprès de lui.

Reconnaissez-vous être âgé de 18 ans ? : OUI
Si vous prenez un personnage important et que vous disparaissez, nous autorisez-vous à réutiliser tout ou partie de votre personnage ? : OUI
Moultipass : MDP validé par pépé
avatar
◈ Missives : 2134

◈ Âge du Personnage : 82 ans
◈ Alignement : Loyal Bon
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Sharda du Nord
◈ Origine : Al'Akhab - Siltamyr
◈ Magie : Aucune
◈ Fiche personnage : Calim

Conteur
Calim Al'Azran

◈ Lun 22 Déc 2014 - 20:44

Te voici validé, cher Roi d'Elra !

Nous te souhaitons une re-bienvenue ici ! N'oublie pas de créer le journal de ton personnage Wink.