Azzura

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Thaldruin Boradur - Prince Nain

Invité
Invité

◈ Dim 1 Mar 2015 - 17:00

◈ Prénom :  Thaldruin
◈ Nom : Boradur
◈ Sexe : Homme
◈ Âge : 187 ans
◈ Date de naissance : Cean de la première semaine du mois d'Ansbar en l'an -98 de l'ère des Rois
◈ Race : Nain
◈ Ethnie : Nain
◈ Origine : Lorh, Othramil
◈ Alignement : Neutre et bon
◈ Métier : Prince de Lorth

Magie


Aucune magie.


Compétences, forces & faiblesses



Artisanat

Forge : Expert
Métallurgie : Expert

Connaissance
-Géographie : Expert
-Exploration souterraine : Expert (Nain)
- Histoire : Expert
- Nature : Expert
- Noblesse et royauté : Expert
- Plans : Expert
-Religion : Maître
- Langues : Expert

Art des combattants

Combat à mains nues ou armé : Maître
Stratégie de combat : Maître
Stratégie de guerre : Maître

Art des voleurs
Agilité : Expert (Pouvoir)
Adresse : Expert (Pouvoir)

Art des navigateurs
Navigation : Intermédiaire

Art des chasseurs

Survie : Expert (Nain)

Art des chevaliers

Combat : Expert
Équitation : Expert

Art des politiciens

Diplomatie : Maître
Intimidation : Maître
Perception auditive : Expert

Art des sages

Concentration : Expert
Connaissance de la flore et de la faune : Intermédiaire

Arts de représentation

Danse: Intermédiaire (l'alcool fait des miracles lors des fêtes...)
Chant : Intermédiaire (une panoplie de chansons paillardes à partager avec la bière)


Physique


Thaldruin est un nain. Et cette simple définition a déjà le pouvoir de faire hausser les sourcils.
Il est châtain, de petite taille, et ses yeux verts sont à peine visibles sous les sourcils épais. Thaldruin est avant tout un personnage qui prend soin de son apparence : sa barbe est toujours coiffée et lisse voire tressée de temps en temps. Il possède par ailleurs une panoplie d'armures cérémoniales prêtes à être portées pour chaque moment particulier; sa posture est toujours noble, droite et fière. Il aime être présentable en toutes circonstances, car il est de l'intérêt de la lignée des Boradur d'être irréprochable lorsqu'il s'agit de diplomatie.
Thaldruin s'adresse avec aisance et sans beaucoup de retenue -ce n'est pas de nature naine de mesurer ses mots-, sauf bien sûr dans le cadre d'une conversation diplomatique. Il est toujours calme, serein, et laisse sa voix grave guider le cour de la conversation, très confiant quant à ses qualités de diplomate (et cela se voit). Il en impose autant par sa prestance que par son titre, mais aussi par ses luxueuses tenues ; les nains ont toujours aimé la richesse.



Caractère


Thaldruin a grandi alors que son père reprenait le pouvoir, et il est très marqué par cette époque forte en émotions. Il a baigné dans un patriotisme profond, ce qui fait qu'il est imprégné de toutes les valeurs sacrées qui ont permis à leur peuple de se rehausser : l'esprit d'équipe, la confiance, l'entraide, l'amour, la volonté de vivre et par conséquent la rage de vaincre et de ne jamais abandonner. Voilà les maîtres mots de Thaldruin.
Le Prince Nain privilégiera l'intérêt de son peuple avant toute autre chose. Il ne se contente pas de le gouverner et de le faire prospérer, mais il s'y intéresse dans le moindre détail, partage son bonheur et ses souffrances. Par dessus tout, si son peuple est menacé par une puissance extérieure, Thaldruin sera prêt à sacrifier jusqu'à son âme pour protéger ses Nains qu'il aime tant. Si son Père a réussi à reprendre le pouvoir, Thaldruin ne veut pas le décevoir. C'est pourquoi il tentera de faire durer aussi longtemps que possible cet esprit victorieux et intrépide qui réside dans le cœur de chaque Nain, oublié avec les âges, et que Dwilan eut temps de mal à faire ressurgir.
Dans sa personnalité propre, Thaldruin aime finir tout ce qu'il entreprend, et bien le faire. Il est de nature à s'organiser et à prendre son temps pour que ses projets se réalisent comme il l'avait prévu. Bien entendu, Thaldruin, tout comme son père, s'emporte vite et devient grossier lorsqu'on le cherche un peu trop. Et surtout, il ne supporte pas perdre. Il considère la défaite comme déshonorante.




Inventaire


Aube-Tempête, son magnifique marteau dont la pierre n'est rien d'autre qu'un énorme diamant taillé et poncé. Il scintille et illumine son armée afin que le courage des Nains ne vacille pas. Il est également très pratique car il permet à ses guerriers de repérer où se trouve Thaldruin lors d'une bataille.

Des armures d’apparat diverses et variées, toutes richement ornementées de tissus et de bijoux scintillants. Thaldruin ne sort jamais sans son armure.


Histoire



An -83 : Ère de la Paix


Thaldruin se tenait auprès de son Père, le Roi, dans la salle principale du Royaume réservée aux discussions de stratégies militaires. Dans cette salle était disposée une immense table sur laquelle étaient éparpillées des cartes, des figurines, et des piles de livres sur la guerre et la stratégie. Ce jour là, Dwilan avait emmené son fils pour lui en apprendre plus sur la force armée naine. A cette époque, Thaldruin apprenait tout ce que devait savoir un futur Prince afin d'être capable de reprendre un jour le trône.

Son père avait décidé de lui conter les récits d'un légendaire Roi Nain qui avait fait bien plus que repousser une invasion d'Ordhalerons sur l'île d'Yra, et ce grâce à une stratégie nouvelle qu'il venait de mettre en place; une stratégie si brillante qu'elle perdurait encore dans le temps. Complètement immergé dans l'univers que lui offrait le récit de son père, Thaldruin ferma les yeux et laissa son imagination prendre le dessus.

Dans son rêve, Thaldruin incarnait Bralgruf, le stratège nain qui avait repoussé l'invasion ennemie avec ses alliés et hôtes elfiques. L'Histoire était bien entendu détournée par l'esprit de Thaldruin qui se plaisait à prendre le rôle du commandant.

...


Balgruf observait l'horizon, appuyé sur son marteau de diamants, en tête de sa puissante armée de Nains. A sa droite et à sa gauche, les Elëar organisés en plusieurs régiments. Les Nains grossiers et trapus faisaient parfaite contradiction avec la grâce naturelle des elfes. Leurs armes et armures reluisaient d'un éclat si pur que l'on se sentait presque coupable de les abimer. Les elfes aimaient les belles choses, et malgré ce trait de caractère très peu "viril" pour les Nains, ils n'en restaient pas moins des guerriers de taille et de grands stratèges. Ils pouvaient compter sur leur dextérité à manier les armes au corps à corps et à distance. L'organisation de leur armée était d'une efficacité indubitable : les guerriers aux lames fines tailladaient leurs adversaires, et lorsque leur danse était terminée, les flèches se plantaient dans le cœur de leurs ennemis.
En face d'eux se tenaient des milliers d'Ordhalerons, sauvages et terrifiants, attendant que l'ordre d'attaquer soit lancé par leur Empereur. La haine des Nains et des elfes dépassait très largement la peur qu'ils avaient de ces incarnations du mal. Cependant, aucun des deux camps, même aveuglés par la colère, ne remettait en question leur force dévastatrice lorsqu'ils étaient déchainés. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle Nains et Elfes s'étaient mis d'accord sur une stratégie défensive. Leur objectif était simple : user l'adversaire sur les boucliers solides, et contre-attaquer pendant la phase de récupération.

Les cors Nains résonnaient : la bataille allait commencer. Le vent fouettait le visage du seigneur nain, faisant virevolter quelques mèches blondes, soulever sa lourde barbe et secouer sa moustache. Un petit sourire se dégageait. Ce sourire victorieux, fier et provocateur, le genre de rictus qu'a un Roi lorsqu'il sait que la bataille sera épique. Son regard perçait dors-et-déjà les lignes ennemies ; ses épais sourcils demeuraient froncés, sa mâchoire était serrée. Le Commandant avait calculé chaque détail de cette bataille depuis plusieurs jours. Il avait anticipé tous les événements possibles, imaginé tous les scénarios inimaginables, et avait même mis en place des stratégies alternatives en cas d'imprévus : les tactiques de bataille rangée qu'il allait mettre en place seraient décisives pour l'avenir d'Yra.

Thaldruin leva son immense marteau au-dessus de sa tête et laissa les rayons du soleil se refléter par milliers. Aube-Tempête la magnifique éblouissait de son éclat scintillant et réchauffait les cœurs de ses soldats. D'un seul geste de sa main libre, Thaldruin ordonna aux bataillons de lancer l'assaut.
Tous, qui avaient le regard fixé sur celui qui leur apportait l'espoir, détournèrent leur attention sur l'armée adverse. Les combattants nains frappaient furieusement leur bouclier, les elfes agitaient leur épée dans le vent pour provoquer l'adversaire, et les archers bandaient leurs arcs en direction du ciel ténébreux. Lorsque Thaldruin rabaissa son marteau, une salve des flèches Eleär s’abattit sur les Ordhalerons... Pourtant, il ne s'agissait que d'une manœuvre à les faire mettre en garde, à les faire se baisser, sous leurs boucliers.



Et alors que Thaldruin faisait vivre la scène dans son esprit, tandis que des larmes s'accumulaient au coin de ses yeux, une voix chaleureuse vint accompagner le jeune Nain dans sa bataille spirituelle, l’immergeant encore plus dans ce rêve semblant si réel. Cette voix se matérialisait tel un grondement sourd qui soulevait le cœur des guerriers, une rafale de magie soudaine qui aidait Thaldruin à animer ce combat. Ce vent de tonnerre était les paroles avisées d'un Roi Nain qui accompagnaient son fils dans cette bataille décisive.

-Les Nains sont des remparts d'acier, mon fils. L'ennemi se brise dessus en tentant désespérément de le fendre en deux. Voilà notre force, ce qui nous rend infaillibles. Nos Hommes sont aussi solides que la roche qui les a fait naître. Ne l'oublie jamais.


« Soldats de première ligne, en position ! Que nos assaillants se brisent sur nos pavois ! »

Les Ordhalerons chargèrent furieusement en créant un véritable tremblement de terre dans leur ruée. Leur taille massive et leur force phénoménale était capable de briser les défenses les plus solides... Mais l'ingéniosité naine n'avait pas de limites. Leurs boucliers étaient immenses et fermement positionnés sur le sol, rendant impossible toute tentative de les briser ou de les déplacer. Au mieux, l'acharnement des Ordhalerons n'aurait fait que les enfoncer dans le sol. La charge ennemie percuta le mur Nain et ne le fit que brièvement reculer. Très vite, le commandant Elëar, conscient que les Nains ne pourraient pas tenir indéfiniment, ordonna à ses archers de pointer leurs arcs en direction des adversaires bloqués devant les premières lignes et de décocher de quoi faire reculer les félons. Ils laissèrent ainsi le temps à leurs alliés de se repositionner.

La voix de Dwilan résonna encore :

-Les boucliers Nains sont des étaux, ils se referment sur leurs adversaires, Thaldruin. Et lorsqu'ils se retrouvent coincés entre nos remparts, alors le mur s'ouvre pour laisser déferler une vague d'acier qui broie ses adversaires.


« Cavaliers, à l'assaut ! »

Les chevaucheurs de béliers et de sangliers chargèrent à toute allure dans les défenses ennemies désorganisées et éparpillées, cheminant jusqu'au cœur de leur armée afin de semer la pagaille. Ils empalèrent les Ordhalerons sur leur passage.

-Un chaos sans nom régnait dans les rangs de la Légion, lorsque cette houle d'acier vint à se briser et que les haches, les marteaux et les lames s'abattirent sur eux. Ah !


« Guerriers, Thanes, dégainez et faites les ployer sous vos coups dévastateurs ! »

A l'instant précis où l'ordre avait été donné, une armée de nains dépassa les premières lignes de front et les soldats se ruèrent sur leurs ennemis désorientés. La bataille devint un véritable carnage : les Nains acharnés se débattaient, frappaient même quand leurs bras étaient lourds, déferlaient leur haine à chaque coup et prenaient plaisir à voir agoniser leur adversaire démembré. Leurs barbes si soignées et leurs armures si reluisantes furent salies par le carnage. Les éclaboussures de sang Ordhaleron donnaient aux guerriers Nains l'image d'êtres plus féroces encore que leurs adversaires. Ils étaient animés par une soif de vaincre, de tuer et d'exterminer tous ceux qui avaient causé du mal à leur peuple. Leur cruauté n'avait plus de limites lorsque la survie des leurs était en jeu. Les Ordhalerons, se pensant intrépides et monstrueux, ressentirent pour la première fois le sentiment de terreur face à cette tornade de lames qui s'abattait avec tant de puissance sur leurs compagnons. La pluie semblait être rougeoyante, comme si les Trois avaient renversé une fontaine de sang sur les nuages pour faire grimper la frénésie de leurs fils jusqu'à son paroxysme. Et les Nains, même fatigués, même essoufflés, même parsemés de plaies et de blessures, continuaient à se battre tels des machines de guerre, insensibles. Ils percèrent les défenses Ordhaleron, brisèrent même le moral de leurs troupes, et les firent reculer.

Thaldruin, tout du moins Bralgruf, s'avança en constatant la scène de ses yeux sombres. Son marteau sur l'épaule, il se dirigea vers le commandant, déambulant lentement entre les cadavres pour savourer chaque instant de cette victoire écrasante. Puis il s'arrêta face au Commandant Ordhaleron, appuyé sur son marteau, les sourcils plissés tandis que son regard perçait celui de son adversaire vaincu, à la merci des nains qui l'encerclaient.


« Je ne m'agenouillerai pas devant toi, ridicule petit être. Votre victoire sur cette bataille ne signifie rien. Nos armées sont légion, et nous marcherons sur vos terres en réduisant en poussière vos villes, en égorgeant vos femmes et en éventrant vos enfants. Profitez de cet instant, car bientôt, la peur sera votre seul allié. »

Thaldruin écarquilla les yeux et haussa les sourcils en entendant ce langage Ordhaleron répugnant qu'il ne connaissait que trop bien. La colère lui grimpa aux narines aussi vite que le mot "petit être" grimpait jusqu'au cerveau. Sa moustache trémoussa et ses joues virèrent au rouge. Personne n'avait le droit de menacer son peuple. Dans un fracas immonde d'os brisés, son genou fracassé par l'arme du Nain, l'Ordhaleron hurla et s'écroula, mains posées à terre.
Leurs regards n'eurent le temps de se croiser que quelques secondes. Quelques secondes qui semblaient pourtant être une éternité pour l'Ordhaleron tétanisé. Thaldruin dévisageait le Général, qui se tenait enfin à sa propre hauteur. L'intrépidité des Nains était telle que même l'Ordhaleron remettait en question ses précédences menaces. Il déglutit, gorge serrée, ne digérant que très difficilement le goût amer de la défaite.

Dans un acte du pire affront, Balgruf cracha au visage du monstre, puis, après quelques secondes d'un silence mortel, il asséna sur la mâchoire de son opposant un fabuleux coup de sa masse diamantée. La puissance de son attaque propulsa la mâchoire dans dans un filet de sang et de salive avant de retomber lamentablement au milieu des cadavres qui jonchaient le champ de bataille. Puis, par pur élan de rage, celle-ci n'étant toujours pas attisée par la victoire, il abattit à nouveau son énorme masse sur son adversaire déjà à terre, et fracassa son crâne...

Balgruf mit un temps à retrouver son calme et observa avec tristesse l'horizon autour de lui. Les soldats de la Légion, mais aussi les Nains et Elëar, gisaient dans un lac de sang, tous s'étant sacrifiés pour une noble cause. Le stratège ferma les yeux quelques instants et pria les Trois de donner le repos éternel à tous ces guerriers honorables.

En ce jour béni par leurs dieux, les Nains avaient gagné. Ils avaient repoussé les immondices venues de limbes par milliers pour envahir ces terres sacrées, et ce... Grâce à lui.

-Voilà mon fils, de quoi nos ancêtres sont faits. Voilà ce que sont les Nains. Ce dont tu dois toujours de rappeler Thaldruin, c'est que tu ne dois jamais laisser personne te déconsidérer. Les nains sont les enfants de la terre, ils sont faits d'acier. Nos victoires, nos ingénieries ont rarement d'égales et, si notre taille peut être objet de médisances, rappelle-toi toujours que c'est parce que nous sommes près de la terre que nous ne tombons pas.




Divers


Reconnaissez-vous être âgé de 18 ans ? : Oui
Moultipass : MDP validé par pépé


avatar
◈ Missives : 2134

◈ Âge du Personnage : 82 ans
◈ Alignement : Loyal Bon
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Sharda du Nord
◈ Origine : Al'Akhab - Siltamyr
◈ Magie : Aucune
◈ Fiche personnage : Calim

Conteur
Calim Al'Azran

◈ Lun 16 Mar 2015 - 18:48

Et bien tu vois quand tu veux !

C'est avec joie que je t'accueille enfin parmi nos héros !
Je ne veux que des RP épiques maintenant, parce que je sais que tu peux le faire Wink.

N'oublie pas de créer ton Journal de Bord et de faire une demande de RP pour pouvoir commencer à RP avec l'un de nos héros au besoin.

Bienvenue ici !