Azzura

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Ordelya de Shalferan - Noble

Invité
Invité

◈ Ven 5 Juin 2015 - 23:28


◈ Prénom :  Ordelya
◈ Nom : de Shalferan

◈ Sexe : Femme
◈ Âge : 21 ans d'apparence
◈ Date de naissance : 16ème jour de la lune d'Elye de l'an 5045 avant l'ère des Rois

◈ Race : Eressåe
◈ Ethnie : Eressåe du Clair de Lune
◈ Origine :Azzura
◈ Alignement : Chaotique bon
◈ Métier : Noble, apprentie médecin

◈ Signes particulliers :
A la lueur de la lune, la magie dessine des arabesques délicates sur son front et ses tempes qui descendent sur son cou pour couvrir ses épaules son dos et ses reins de fines volutes ressemblant parfois à des fleurs et des lianes. Gauchère.


Magie


Au moment où Azzura s'est retrouvée prise dans les glaces, Ordelya était encore très jeune. En début de formation. Elle ne manipule que peu de types de magie et de manière incertaine en dehors de la magie Astrale qui la passionne et dont elle se sert pour soigner les blessures.

La magie de la nature lui répondait assez bien également, mais sans vraiment qu'elle en ait conscience. Elle était capable d'établir une sorte de lien empathique inconscient avec les animaux qui devenaient vite enclins à lui manger dans la main ou à perdre leur agressivité si celle ci n'était pas excessive et tant qu'elle ne faisait aucun geste pour les attraper. Ce petit talent n'était certainement pas étranger aux relations très particulières qu'elle avait avec les chevaux et à ses compétences de cavalière.

A côté de cela, en de rares occasions, on a cru déceler à proximité d'elle de fugaces apparitions, peut être des illusions issues de ses rêveries mais rien n'est vraiment sûr.


Compétences, forces & faiblesses


Artisanat :
Alchimie (notion)

Connaissance :
Archéologie (notion)
Géographie (notion)
Noblesse et royauté (intermédiaire)
Langues : Eressåe - Kaerd  

Arts des navigateurs :
Natation (intermédiaire)

Art des chevaliers :
Equitation (expert)

Art des politiciens :
Diplomatie (notion)

Arts des sages :
Concentration (intermédiaire)
Guérison (intermédiaire)
Confection de médications et potions (intermédiaire)
Connaissance de la flore et de la faune (intermédiaire)
Médecine traditionnelle (intermédiaire)

Arts de représentation :
Danse (intermédiaire)
Chant (intermédiaire)

Force :
L'aura de douceur et de sérénité qu'elle dégage est à même d'adoucir les brutes les plus grincheuses qui ne peuvent rester totalement indifférentes face à la bienveillance et au sourire contagieux de la jeune fille.
Sa détermination et sa persévérance sont un autre de ses atouts.

Faiblesse :
Son gabarit, sa corpulence et le fait qu'elle se refuse à toucher une arme ou à s’entraîner au combat sont un grand point faible. Elle est incapable d'encaisser le moindre coup ou de maintenir un effort physique prolongé.
Entêtée et déterminée, quand elle a une idée derrière la tête, ou une chose qui lui tient à cœur, elle est capable de prendre tous les risques sans se soucier des conséquences pour sa propre sécurité pour arriver à ses fins.


Physique


"Les invités étaient maintenant presque tous arrivés et pourtant il n'était toujours pas pressé que ce simulacre de cérémonie commence. Pourquoi les parents de la jeune fille avaient ils insisté pour  faire signer cette promesse de mariage devant une telle assemblée, comme s'il devait presque se marier avant le mariage à proprement parler. Que de complications pour rien. Une signature aurait dû suffire.

Rodrick n'avait pas le temps et encore moins l'envie, il était à l'aube d'une carrière prometteuse, déjà Lieutenant de la garde d'Azzura, il avait encore de l'ambition à revendre mais il ne pouvait se soustraire à cette alliance, pour l'honneur et le bien de sa famille et surtout par égard pour les promesses qu'il avait faites à son père maintenant décédé.

Ordelya... Il gardait le souvenir d'une gamine au physique ingrat dont les cheveux nattés avaient été enroulés de chaque côtés de sa tête comme des macarons étranges lui donnant un air ridicule. Elle avait peut être douze ou treize ans quand il l'avait vue arriver à la cité pour rencontrer son précepteur. On lui avait annoncé que cette fillette deviendrait son épouse quand elle serait en âge mais il ne l'avait jamais revue depuis, bien trop occupé à gravir les échelons de la hiérarchie.

Huit ans plus tard, avec la menace qui sourdait dans l'air, cette... cérémonie, si on pouvait vraiment appeler l’événement de ce jour ainsi, lui semblait complètement déplacée.
C'est un rire doux et cristallin qui attira son attention sur une jeune personne à l'autre bout de la salle bondée.
Plutôt petite, elle devait à peine mesurer cinq pieds et si menue qu'il était sûr de pouvoir la soulever d'un seul bras. Il ne pouvait s'empêcher de remarquer sa silhouette gracile et ses longues jambes galbées que voilaient subtilement les plis souples de sa robe. Son regard s'attarda sur sa taille fine, ses formes indubitablement féminines habilement dissimulées sous l'étoffe soyeuse de son vêtement. Ses épaules dénudées laissaient paraître une peau claire et satinée qui semblait fine et douce.

Il sourit, attendant qu'elle tourne le visage vers lui au détour de sa conversation. Il ne perdait rien de la grâce et de l'élégance de ses gestes pendant qu'il l’observait sans le moindre scrupule, laissant son regard couler tranquillement sur la longue chevelure d'un blanc étincelant qui lui cascadait en boucles souples plus bas que les reins. Chaque mèche, soigneusement coiffées, était piquetée de petits éclats de cristaux qui scintillaient à chaque mouvement de la belle.
Tout en elle dégageait quelque chose de délicat et raffiné, une espèce d'aura de sérénité et de grâce qui le fascinait littéralement. Cette fascination ne fit que se renforcer alors qu'il s'approchait, percevant le son de sa voix douce, chaude et caressante.
Le maître de cérémonie détourna son attention, le faisant venir à lui pour qu'enfin les fiançailles commencent. Puis il invita sa promise à s'approcher à son tour pendant que Rodrick fixait le mur face à lui.
Encore un peu perdu dans ses pensées, il resta comme un idiot quand il regarda sa fiancée à ses côtés, le visage qu'il espérait voir depuis tout à l'heure enfin tourné vers lui, tout proche, un sourire taquin errant sur ses lèvres délicates.
Alors qu'il plongeait le regard dans les yeux rieurs, bordés de longs cils noirs de la belle, il se noya dans l'azur lumineux et cristallin nuancé de turquoise de ses prunelles et su qu'il était perdu. A jamais."


Caractère


"Un mois, il y avait maintenant un mois qu'ils étaient fiancés mais il n'aurait su dire si cela faisait une heure ou une éternité en réalité. Au delà de la beauté fascinante de sa jeune fiancée, il avait découvert une personne adorable. Il était littéralement tombé sous le charme de cette jeune femme posée et enjouée qu'il prenait plaisir à rejoindre chaque fois que ses fonctions le lui permettaient.
C'était toujours un grand moment de détente tant elle était enthousiaste et enjouée. Une espèce de bulle de douceur. Une île de tendresse et d'attention. Un petit coin de paradis.
Jamais encore il ne l'avait vue se laisser abattre ou être d'humeur maussade ou agressive. Curieuse de tout, elle posait mille questions, ne laissant jamais la conversation devenir ennuyeuse. Un rien la fascinait ou la faisait rire. Elle respirait la joie de vivre. Malgré cette apparence ingénue, elle n'était ni niaise ni naïve, loin s'en fallait.
Peu à peu il apprenait à la connaitre et chaque instant en sa compagnie renforçait le lien qui le retenait à elle. Il ne pouvait s'empêcher de ressentir le besoin de l'avoir près de lui, de la protéger. Il adorait son espièglerie et cette manière qu'elle avait parfois de lui tenir tête en redressant le menton d'un air effronté pour le taquiner, ou pas.
Combative, elle ne se laissait jamais rebuter par un défi que ce soit apprivoiser un animal ou tenter de gagner une course à cheval contre lui. Elle ne gagnait jamais mais elle était bonne cavalière et cela n'entachait jamais sa bonne humeur.
C'était une jeune femme franche qui n'hésitait jamais à faire part de ce qui ne lui convenait pas ou de ce qui la choquait mais elle avait assez de sens de l'honneur et de savoir vivre pour le faire quand ils étaient seuls, lui exposant son point de vue avec ferveur et logique. Sa logique à elle, fortement teintée de bienveillance et de douceur. Tempérance aurait pu être son nom.
Consciente de ses responsabilités et de ses capacités, elle avait le sens du devoir et des convenances. Toujours à l'aise en société, elle gardait cependant une certaine réserve qui ne la plaçait jamais au centre de l'attention des convives. Il avait cependant appris à ne pas se fier à cet apparent retrait, elle écoutait tout avec attention, elle avait la mémoire et le sens du détail, un talent étrange pour faire la différence entre ce qui était et ce qui aurait dû être, et les remarques qu'elle distillait parfois étaient surprenantes de finesse et d'intelligence."


Inventaire


A la mort de son père et étant donné l'état dans lequel cette tragédie avait laissé sa mère, son précepteur, le vieux Yourdani, avait fait rapatrier les titres et les biens de la famille dans le coffre de sa propre maison afin de pouvoir gérer et protéger ce patrimoine jusqu'à ce qu'Ordelya soit apte à le gérer elle même.

A ce jour, et ce malgré les millénaires écoulés, il reste à la jeune fille assez d'argent pour vivre comme elle l'entend sans avoir à trop se poser de questions sur son train de vie.

Le vieux précepteur n'ayant pas de famille a également fait de la jeune fille son héritière. A son décès, elle sera en possession d'une confortable maison dans un quartier résidentiel d'Azzura et d'autres petits biens qu'il a pris soin d'accumuler tout au long de sa vie.


Histoire


"Pourquoi sa mère l'avait-elle affublée d'un coiffure aussi horrible ? Elle avait l'air proprement ridicule.
Quand ils avaient découvert qu'elle était magicienne, ses parents avaient décidé de venir s'installer à Azzura pour qu'elle reçoive la meilleure éducation possible dans ce domaine. Elle leur était très reconnaissante de cela mais est ce que l'apprentissage de la magie impliquait vraiment qu'elle ressemble à une assiette de friandise ?
Elle savait que sa mère n'en démordrait pas. La jeune fille avait dû se résoudre à accepter la vision toute personnelle de la mode et de ce qui était "beau" de sa mère même si parfois elle en aurait pleuré.

Tout avait pourtant bien commencé depuis qu'il s'étaient installés dans la cité. Ordelya était émerveillée par la magnificence de la ville, son architecture majestueuse, sa végétation. Tout ici respirait l’élégance et la splendeur. Elle se sentait chanceuse de pouvoir y vivre et y étudier. Sa nouvelle maison ainsi que sa chambre étaient d'un raffinement à couper le souffle. Elle avait hâte de visiter, de voir les fontaines et les parcs, la merveilleuse bibliothèque et le palais. Tout lui semblait une fête merveilleuse et exaltante.

Au fil des jours les choses s'étaient dégradées, sa mère avait commencé à se mêler de tout, l'empêchant de voir la grande bibliothèque pour une obscure raison, retardant chaque visite de la ville pour un rendez vous soi disant important.

Quant à aujourd'hui, toute cette journée était un véritable cauchemar. D'abord la visite à son précepteur, qui l'avait regardée de haut en lui tournant autour comme si elle était une limace étrange. Et maintenant la rencontre avec son futur mari. Son futur mari ! Elle avait envie de hurler. De frapper ses parents en leur rappelant qu'elle n'avait que treize ans. Mais son éducation et la bienséance lui permettait de garder l'apparence d'une jeune fille très comme il faut. Une jeune fille sage et bien élevée que sa mère regardait avec toute la fierté du monde.
Et dire qu'elle allait devoir épouser ce rustre tout en noir. Il était vieux ! Et laid !Et en plus il ne faisait pas attention à elle, lui aussi la regardait de haut comme une limace.
A bien y regarder il avait l'air aussi heureux qu'elle de ces arrangements et à bien y réfléchir, elle ne savait pas trop si elle devait s'en réjouir ou s'en offusquer"

***

"Les années avaient passé, parfois paisibles, parfois éprouvantes, mais elles avaient fait d'elle une belle jeune fille qui faisait toujours la fierté de sa mère et de son sacro-saint précepteur. Elle avait appris à s'attacher à celui que certains surnommaient "la gargouille" et qui cependant avait été un maître attentionné et compétent. Sous ses airs de grincheux rabougri, il lui avait tant enseigné et tant montré de choses, lui ouvrant les portes d'un monde qui l'enchantait et la fascinait.
C'est en partie grâce à lui qu'elle avait grandi. Il lui avait appris à lire. A lire vraiment et pas seulement à déchiffrer des mots. Il lui avait appris à creuser entre les lignes et à découvrir tous les sens parfois cachés des écrits.

Jamais elle ne le remercierait assez pour sa sagesse et ses conseils, pour sa présence à la mort de son père et pour ne l'avoir jamais abandonnée depuis, malgré la maladie de sa mère qui ne se remettait pas de la perte de son mari. Elle repartirait d'ailleurs bientôt sur le domaine familiale, loin de la cité blanche alors qu'elle même resterait pour poursuivre ses études et perfectionner sa maîtrise de la magie. Il lui avait promis de rester à ses côtés, malgré son âge avancé et ces fiançailles qu'elle redoutait tant.

Elle avait gardé de son futur mari le souvenir d'un homme froid et âgé mais elle dut admettre que la mémoire était sélective quand elle le vit entrer dans la salle où devaient se dérouler les fiançailles. Il était beaucoup plus jeune que dans ses souvenirs mais tout aussi imposant. Elle se rappelait de son regard hautain qui semblait se demander ce qu'il allait faire d'une gamine insignifiante pour épouse.
Elle voyait bien qu'il ne l'avait pas reconnue mais elle, elle n'avait aucun doute sur son identité. Parfois elle sentait son regard sur elle et attendait avec impatience le moment où il découvrirait la vérité.

Elle ne fut pas déçue quand elle se plaça à ses côtés et surprit son expression au moment où le maître de cérémonie les présenta, savourant son air impressionné comme une petite vengeance très douce à son ego."


***

"Les mois avaient passé de nouveau. Un puis deux puis d'autres. Comme dans un rêve délicieux, sa vie avait pris un tour merveilleux. Elle avait tout. Elle réussissait ses études, faisant la fierté de ses enseignants, elle allait se marier à un homme qu'elle avait appris à aimer et qui l'aimait visiblement lui aussi.

Le jeune homme devait s'absenter pour une mission loin de la cité et, alors qu'elle se dirigeait vers les portes de la ville pour lui souhaiter bon voyage, elle réfléchissait à sa vie et à tout ce qu'elle avait réussi depuis qu'elle s'était installée à Azzura. La cité blanche lui avait porté chance. Elle sourit, pressant le pas. Elle savait qu'elle ne reverrait pas son fiancé avant de longues semaines mais que quand il reviendrait, ils se marieraient enfin.

Levant le regard, elle perçut des éclairs blancs qui fusaient tout en haut de la bibliothèque. Probablement que l'Archimage et le jeune roi déchu arrivé en ville à peu près en même temps qu'elle s'affrontaient encore pour savoir qui d'eux étaient le plus puissant. C'était courant ici et cela faisait de l'animation.

Tout de suite en arrivant aux portes de la cité, elle le repéra sur sa monture. Fier et droit, paisible, il scrutait les rues. Son visage s'éclaira d'un de ses rares sourires qu'elle était soi disant la seule à pouvoir lui arracher. Il descendit de monture pour la rejoindre, lui prenant sagement les mains pour déposer un baiser tendre au creux de ses paumes. C'était le seul geste intime qu'il s'était autorisé depuis leurs fiançailles.

La jeune fille savait qu'il se contenait par respect pour elle, par amour mais parfois, le trouble que ce simple geste faisait naître en elle lui donnait envie qu'il oublie cette discipline qu'il s'imposait si soigneusement.

L'amenant près du mur d'enceinte pour qu'ils aient un peu d'intimité avant son départ, il lui caressa la joue avec douceur.

- Je serai bientôt de retour, je vous le promets.
- La mer est parfois impitoyable Messire. Elle m'a pris mon père. Je vous en prie, soyez prudent.

Il esquissa un sourire en secouant doucement la tête. N'y tenant plus elle se jeta à son cou, croisant les bras sur sa nuque pour l'embrasser. Un bref instant il resta impassible, puis comme cédant à une vague trop longtemps retenue il lui rendit son baiser avec une passion qu'elle n'aurait jamais imaginé, puissante, bouleversante. Leur baiser ne dura que quelques instants mais il resta gravé en elle au fer rouge, comme un petit coin d'éternité.

Il la repoussa doucement, comme à regret et détacha le pendentif qu'il portait au cou pour le refermer sur le sien, caressant du bout des doigts le bijou, il lui murmura d'une voix rauque.

- Je reviendrai.

Avant qu'elle n'aie pu le retenir, il avait enfourché sa monture et donné le signal du départ. Elle resta longtemps à regarder la poussière du convoi diplomatique qu'il escortait retomber sur le chemin. Elle resta longtemps à espérer qu'il ferait demi tour et reviendrait mais elle savait qu'il était un homme de devoir qui mènerait sa mission à son terme et d'une certaine manière, elle ne l'aurait pas autant aimé s'il en avait été autrement.
Alors que la nuit tombait, elle se décida enfin à regagner sa maison."

***

"Elle lisait paisiblement quand elle entendit les premiers hurlements de terreur. Fronçant les sourcils, elle approcha de la fenêtre pour regarder ce qui se passait dehors.
Voyant les gens courir dans tous les sens, elle sortit devant la maison se demandant ce qui se passait, tournant sur elle même. C'est alors qu'elle vit la glace se former, le dôme se refermer sur la cité. Levant les bras pour se protéger en un geste dérisoire, elle hurla mais le son de sa voix se perdit alors que toute sa vie et ses espoirs défilaient devant ses yeux."

***

"Bien que l'arrivé du Prince Adhémar ait brisé le sort qui maintenait la cité dans la glace et réveillé tous les habitants, la jeune Ordelya n'avait pas repris conscience.
Son précepteur l'avait trouvée devant la porte de sa demeure, étendue, vivante mais sans connaissance. Il l'avait ramenée à l’intérieur et veillait sur elle depuis lors, se demandant chaque jour si elle allait enfin ouvrir les yeux et revenir parmi eux, se demandant ce qui pouvait bien retenir sa petite protégée dans les brumes de l'inconscience. D'un autre côté, il ne se sentait pas de lui annoncer tous les changements que le monde avait subit et les deuils qu'elle allait devoir faire."


Ambitions & Desseins


Difficile de savoir comment elle va réagir après un sommeil de 5000 ans. Difficile de savoir ce dont elle va avoir envie et dans quoi elle va s'impliquer quand elle va réaliser que sa vie a tant changé, qu'elle est si seule.
Elle va devoir réapprendre tant de choses, découvrir ce nouveau monde qui s'offre à elle et y trouver sa place mais il y a de forte chances que la rage de vivre reprenne le dessus sur les deuils et les changements.



Divers


Reconnaissez-vous être âgé de 18 ans ? : Et plus si affinité.
Si vous prenez un personnage important et que vous disparaissez, nous autorisez-vous à nous inspirer de votre personnage pour créer un nouveau prédéfini ? : Oui
Moultipass : Mdp validé par pépé

Mort aux moustiques !!


avatar
◈ Missives : 2136

◈ Âge du Personnage : 82 ans
◈ Alignement : Loyal Bon
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Sharda du Nord
◈ Origine : Al'Akhab - Siltamyr
◈ Magie : Aucune
◈ Fiche personnage : Calim

Conteur
Calim Al'Azran

◈ Jeu 11 Juin 2015 - 22:15

Chère Ordelya, bienvenue sur Azzura et félicitations pour ta validation !

Je t'engage à créer ton journal de bord en partie parchemin des Héros et à commencer les RP ! Si tu recherches un compagnon de route, tu peux aller voir en partie taverne !