Azzura


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Nill reija - Agent du Lac Sombre

avatar
◈ Missives : 9

◈ Âge du Personnage : 102
◈ Alignement : Neutre mauvais
◈ Race : Ordhaleron
◈ Ethnie : Agdistis

Réceptacle
Nill Reija

◈ Mer 17 Fév 2016 - 20:33

◈ Prénom :  Nill
◈ Nom : Reija
◈ Sexe : Femme
◈ Âge : 102 années
◈ Date de naissance :Le onzième jour d'Aldar, an 1026 de l'ère de paix
◈ Race : Ordhaleron
◈ Ethnie : Agdistis
◈ Origine : Neya, Xyria
◈ Alignement : Neutre mauvais
◈ Métier : Agent du Lac Sombre
◈ Lié :Agyanxas
   

   

   
Magie

   

    Aucun. Même la présence d'un drake en son essence lui est absolument inutile...
   


   
Compétences, forces & faiblesses

   

> Arts de l'Ombre :
(Métier engagé : Assassin)
- Subterfuge (Manipulation & Mensonge) : Expert
= Un sourire tel un masque, une joie tel un velours sur les véritables intentions. Faire entendre aux autres ce qu'ils souhaitent pour obtenir ses propres voeux.
- Poison (Fabrication & Utilisation) : Maître
= Subtil mélange entre l'herboristerie et l'alchimie, il est toujours précieux de savoir confectionner ses propres armes et défenses.
- Anatomie (Mise à mort) : Avancé
= Avoir le contrôle des pulsations d'un coeur, la saveur et l'extase de ce pouvoir sur autruis.
- Traque (Pistage) : Expert
= Le frisson de la chasse à l'homme, l'adrénaline d'une proie intelligente et imprévisible. Savoir la guetter autant dans la nature que dans les rues et ruelles, plonger depuis les toits et la suivre jusqu'au simulacre de sécurité dont elle se croit parée.
- Escalade : Avancé
- Acrobatie : Expert

> Compétences libres :
- Survie en milieu sauvage : Expert
= Le prédateur furtif, silencieux et vicieux. Camouflé, il guette et emporte la lutte quotidienne avec aisance.
- Survie en milieu urbain : Expert
= L'orientation, l'instinct et où se dissimuler et se fondre dans l'environnement stérile des grands villes autant que des villages boueux.
- Herboristerie : Intermédiaire
= Les souvenirs de l'enfance sont flous, es bases cependant persistent encore.
- Maniement d'armes communes (Dague) : Intermédiaire
= Au cas où, il est toujours intéressant de pouvoir flouter les pistes en usant d'autres atouts que ses armes naturelles.
- Artisanat (alchimie grossière) : Avancé
= Des connaissances abâtardies par le manque d'ouvrages et de réel mentor, de bureau d'étude et de matériel.
- Combat à mains nues (griffes et crocs) : Maître
= Littéralement une excroissance naturelle. Savoir où mordre, où déchirer et déchiqueter pour blesser ou mettre à mort sa proie.
- Agilité : Maître
= Lorsque la nature vous prive de force et d'endurance, il faut savoir se rendre aussi insaisissable que le vent.


   Forces:

-Sang froid : Habituée au pire, les situations dangereuses ne sont pour Nill pas différentes de son quotidien. Elle rit au nez des situations risquées là où la plupart laisse leur instinct dicter leur conduite. Elle voit ainsi tout de manière limpide, clair et peut retourner la situation à son avantage.-De plus, afficher une attitude désinvolte lors de grands dangers peut arriver à déconcerter ces ennemis.

-Intelligence : Nill a mis ses compétences intellectuelles au service du Lac Sombre. Bien qu'elle n'ait pas encore fini d'apprendre, elle sait beaucoup sur les failles de la nature humaine. Méfiez vous donc de l'air léger qu'elle prend lorsqu'elle vous adresse la parole : ses yeux vous scrutent.
Après tout, ne sont-ce pas seulement les personnes intelligentes qui peuvent prétendre du contraire ?


  Faiblesses:

-Physique: Extrêmement fragile, il suffit de lui asséner un coup de poing bien placé pour la mettre à terre. Bien qu'elle peut supporter l'éclat du soleil, il peut être clairement son point faible avec un peu d'imagination. Que dîtes-vous d'un miroir chargé de son éclat tourné vers elle ? Ainsi, elle supporte très mal la chaleur et ne pourra pas effectuer de missions dans des pays désertiques. Si son Ordre se retrouve en difficulté en Radjyn, par exemple, elle sera inutile.

-Relation avec les animaux : Les chevaux hénissent et se cambrent lorsqu'elle se retrouve à proximité d'eux Cela peut être très embêtant si elle doit prendre la fuite sur de longues distances ou bien si elle court aux côtés de quelqu'un qui monte. C'est pour cette raison qu'elle doit se tenir à au moins à trois mètres d'un animal, auquel cas ce dernier se sent menacé pour sa vie.
En effet, si Nill peut vagabonder à sa guise parmi les siens et peut se fondre dans la masse parmi les autres, les animaux ne sont pas dupes quant à l'aura qu'elle dégage. Ce désavantage peut être redoutable si Nill tente d’accéder à un endroit défendu par des chiens, par exemple. Tout être animal est sensible au danger qu'elle représente en tant de chasseresse ou prédatrice.

-Amnésie : Il arrive parfois à Nill de voir quelque chose qui lui rappelle soudainement son passé. Ces impressions de "déjà-vu" peuvent la déconcentrer de manière aléatoire : il est impossible de  prévoir comment elle peut réagir lorsque cela arrive tant le phénomène dépend de la valeur de la mémoire ; bonne ou mauvaise. Les réactions sont aussi impressionnantes qu'imprévisibles :
Il y a parfois cette impression cotonneuse de sortir de son corps ou de regarder une situation d'un œil étranger, comme si l'on y était seulement l'invité. Mais c'est aussi dans ces rares moments elle peut exprimer de la colère ou de la tristesse et enfin casser le temps d'un moment le sourire qu'elle affiche en permanence. Au delà de ça, ces moments suffisent à la troubler et il est bien risqué d'être déconcentré la moindre seconde lorsque l'on mène un train de vie similaire à celui de l'ordhaleron.
   


   
Physique

   

   Taille : 5'3 (soit un mètre soixante dix)
   Poids : 94,7 livres (soit quarante cinq kilos)


   Nill est grande chez les Valduris et minuscule chez les siens. Son physique maigrelet n'aidant pas, l'Ordhaleron ne connaît pas les formes féminines et pour cause : elle ne possède pas l'once d'une poitrine. Son torse est celui d'un homme et son visage celui d'une femme. Une femme qui semblent se tenir si bien entre les codes du beau et du laid que cela ne semble qu'être le résultat d'une stratégie bien précise. Qui sait ?

Nill est androgyne, et seuls ceux qui auront une attirance pour ce modèle lui trouveront quelque chose. Les autres détailleront une moue mutine, anormalement longue, des dents un peu de travers, petites, nombreuses, et toutes aiguisées. Un nez en trompette soutenu par des pommettes saillantes et  des mâchoires bien dessinés. Le visage de Nill semble avoir été taillé dans du verre à coup de hache : sa peau semble laiteuse mais la forme que cette dernière prend la durcit d'une intrigante façon. Peut-être est-ce cette couleur blanche qui ne la quitte pas de la tête au pied.
Ses longs cheveux blanc chaud demeurent la plupart du temps tressés en trois gros épis sur sa tête. Ils viennent donner un peu de vie à ce visage qui, si il semble bien dessiné grâce à ses pommettes et sa mâchoire, n'en est pas moins plat quant à la composition de sa couleur. Pas de nez rouge lorsqu'il fait froid, ni de joues rosées lors des combats..
Comme il est étrange que la palette de son visage soit si fade alors que sa propriétaire passe son temps à ingurgiter les gouaches de la vie, visible sur ses lèvres et ses dents.

Les jambes de Nill sont arquées et ses hanches sont aussi étroites que celles d'une homme. Ses mains et ses pieds sont particuliers dans leur ressemblance avec les Valduris. Dotés de cinq doigts, ce n'est pas leurs formes qui dérangent mais leurs textures et compositions. De loin, elles passeraient presque inaperçus tant ce qui les composent jouent sur le relief et ne se distinguent pas par leurs couleurs. Tous ces doigts sont dessinés par un espèce de relief délicatement cornu, qui pointe vers son ongle comme une continuité de la dite corne. Celle ci se dessine clairement dans son extrémité et semble de taille tout à fait raisonnable : utile pour agripper et griffer. Sa couleur est la même que sa peau et il est en conséquence difficile de savoir quand commence l'ongle -si tant est-il que ce dernier n'est pas simplement son doigt-.

Le contraste entre la monstruosité de ses traits et le sens juvénile qu'elle leur apportent est surprenant, exotique. « Ses dents se dévoilent, petites, en rangées immobiles telles une armée rouge et blanche dont le seul général est ce rire doux, un peu moqueur, celle du chat malicieux. »

Nill porte une cicatrice sur son bras et une multitude de bleus sur tout le corps : soit à cause de son train de vie, soit parce que sa peau étant sensible, le moindre cognement peut lui laisser des traces.
   


   
Caractère

   

   La pensée de Nill pourrait être comparée à une sculpture dont les fissures à la lumière de l'astre solaire percent de leurs fins rayons l'ombre que dessine la construction. C'est ce contraste, cette opposition qui font le charme et le mystère de l'ordhaleron.

Nill a été élevée pour tuer, pour saccager mais aussi pour vivre. Elle ne demeure donc pas une bête sans cervelle guidée par son instinct. Bien au contraire, Neya n'a jamais vu un de ses colons manier aussi bien ses pulsions et son intellect, à la manière du maître d'arme et de sa grande dextérité. Nill a gardé ce côté enfantin et immature d'apparence : calembours et espiègleries se fondent dans un sinistre mélange avec un esprit taillé pour traquer n'importe qui presque n'importe où sur les terres de Rëa. Semblable à celui du chasseur qui piste et amène sa proie là où il le souhaite.
La jeune femme peint le tableau secret de la cruauté enfantine, jonglant comme un saltimbanque entre des remarques absurdes et un esprit de meurtrier invétéré.

Nill vit les atrocités autour d'elle et celles qu'elle omet avec une indifférence et un amusement décontenançant. Naturellement, elle usera de son intelligence au service unique du Mal, comme un fidèle servant devant son Dieu, à l'exception que la seule entité à laquelle elle a jamais appartenu demeure le terrible Lac Sombre. De ceux qui dirige cet ordre, elle obéit aveuglement à l'image de l'enfant modèle devant son parent. Mais parfois, lorsque les lumières des souvenirs viennent percer les fissures de sa sombre statuette, ses sourires carnassiers se transforment en des moues peu sûres, ses yeux perdent un peu de leur substance animale, et un sentiment étrange, un peu poudreux, presque incongru vient troubler sa pensée : serait-ce le doute ?
   


   
Inventaire

   

   Inventaire:

Il n'y rien de surprenant dans les tenues de Nill. Loin des armures flamboyantes qu'elle ne pourrait porter, l'Ordhaleron se contente de tissus aux couleurs neutres et d'une cape lui arrivant jusqu'au genoux.
Le plus intéressant est la ceinture de cuir fournie de poches qu'elle porte à sa taille. Cette dernière est ornée de nombreux très ors :

-Deux fioles de poudre noire "Regardez ! Il fait nuit !"
Les deux fioles sont rangées de chaque côté de sa ceinture. N'étant pas encore suffisamment douée dans l'art de l'alchimie, Nill est seulement capable de produire la version non explosive de la poudre noire. Lorsqu'elle éclate sa fiole sur le sol, celle ci dégage une fumée ébène large et épaisse. L'effet dure trois minutes sur une circonférence d'environ neuf pieds. Lorsque le produit s'évapore, il laisse des traces cendrées sur les objets qu'il a touché.
Composition : Charbon, soufre et salpêtre.

-Un philtre d’endormissement "Rien de tel d'un bon breuvage bien chaud pour se réveiller."
Si il faut trente secondes pour endormir la victime, trois heures sont nécessaires pour qu'elle se réveille.
Composition : Environ quinze feuilles de houblon séchées suffisent à créer une forte concentration d'agents sédatifs.

-Trois fioles d'Aristoloche clématite: "Je vous ai parlé de ma passion pour les animaux?"
Pas forcément toxique pour l'Homme, ce poison est redoutable contre les chevaux et les chiens.
Composition :  Les parties souterraines contiennent de l'acide aristolochique que Nill broie pour en faire un liquide.

-Une fiole d'Arum lyrien: "Ma cuisine est un peu épicée, mais c'est ce qui fait son charme."
Minuscule petite fiole, elle est bien mortelle. La mort intervient entre 10 et 12 heures après absorption du liquide.
Composition : La toxicité vient des feuilles et des fruits de la plante, qui sont naturellement toxiques pour l'Homme.
   


   
Histoire

   

   Chapitre 1:
   Neya, Xyria. An 0 de l'ère des Rois.

La famille Reija vivait dans la grande capitale de Xyria, au coeur de Neya. Venant d'une espèce de chasseur, ils s'étaient pourtant habitués à la vie citadine. Leurs instinct de prédateurs ne leurs servaient plus qu'à se nourrir et combattre. Au delà de leurs vocations pour la prédation, ce qui rendait cette famille atypique était la manière dont elle était constituée. Il était difficile de mettre un sexe sur leur identité et ils ne semblaient ni s'en soucier ni obéir aux lois du genre. L'éducation de Nill avait été ainsi allégée de tout ce qui constitue pour certains le poids de conventions absurdes. En conséquence, il n'était pas plus surprenant que Nihal soit chef de maison que Zeran soit le monstre assoiffé de sang que les Ordhaleron connaissent.
Ah ! Zeran. Le même monstre qui fit envoya la tête de son père dans un paquet à Nihal. Comme seule inscription figurait le mot suivant : "déserteur". Nihal ne fut plus jamais la même. La joyeuse alchimiste se fit veuve noire, et les flots de deuil ne cessaient de parcourir ses joues comme autant de petits soldats qui fuyaient face au Tyran qu'était l'Empereur. Nill, âgée de douze ans, ne comprenait trop peu ces agitations et se concentrait dans ses études dans l'espoir de redonner à sa mère son chaleureux sourire. Comme elle, l'ordhaleron souhaitait devenir alchimiste.

Les mois passèrent et la veuve devint bientôt aussi sombre que les fioles qu'elle se mit à concocter. Le regard de sa mère avait changé, plus vif, plus dur, plus sauvage. Elle discutait souvent avec un homme qui lui promettait vengeance pour son mari. Dès qu'il quittait le seuil de la maison, elle redoublait d'ardeur dans ses potions avec un sourire qui faisait pâlir la bienveillance.
Si cet homme ne venait pas prendre ces préparations, d'autres personnages s'en chargeaient. Pendant ce temps, l'argent de la pension de guerrier de Baz'Mar manquante et l'intérêt que ces gens montraient pour les coffres de la maison rendirent la vie de Nill moins confortable et elle ne put davantage bénéficier d'un tuteur. Ce dernier partit en laissant derrière lui une jeune fille avide de savoir ne demandant qu'à exercer ses talents d'écriture et à dévorer plus de livres.
Malgré ce train de vie, Nihal retrouvait peu à peu son entrain. Elle lui parlait sans cesse de nouvelles perspectives, d'une nouvelle famille. L'ordhaleron buvait ses paroles, excitée quant à l'idée de retrouver leur vie d’antan.

Plus le temps avançait, plus les personnages fantômes prenaient des formes réelles et familières. Au même titre que la mauvaise herbe, ils étaient partout. Quand ils ne cachaient pas des cadavres dans sa maison, ils torturaient des personnes en prenant soin de la faire assister à tout ce qu'ils décrivaient comme un spectacle.
L'odeur des plantes fut remplacée par celle de la putréfaction des cadavres jonchant le sol de sa maison, parfois jusqu'à sa chambre, jusqu'à son lit -une farce selon un des membres-. Les rires furent balayés par la puissance des cris d'horreur, étouffés d'une main et intensifiés de l'autre. Et le toucher ne fut plus rien d'autre qu'un frisson de dégout lorsqu'ils l'obligeaient à passer ses doigts contre les cadavres chauds ou froids.
Brutalement, ils avaient remplacés les doux moments de connaissance que lui apportait son tuteur par une violence qu'elle vécut comme le viol de son enfance. Cette violence fut si forte pour un esprit encore si faible que ce dernier n'en supporta pas davantage. Pour se préserver, Nill oublia ses moments et avec eux son propre passé.


   Chapitre 2:
   Neya, Xyria. An 40 de l'ère des Rois.

Un des membres eut un intérêt pour Nill. Ce fut discret, lent. Il s'installa avec elle lorsque sa mère partait pour ce qu'il décrivait comme des "affaires importantes". Ne jurant que pour son bien, il lui interdisait de fréquenter ses amis qu'il jugeait comme "miséreux et vagabonds". Les rencontres se multipliaient et l'absence de sa mère devint coutumière.
De fil en aiguille, elle apprit de nouvelles règles : la colère et la désobéissance étaient à proscrire autant que la fréquentation de toute personne en dehors de ce qu'ils appelaient l'Ordre. Elle était souvent de voyage avec eux et sa vie passa de sédentaire à nomade. Ne perdant pas de sa vivacité d'esprit et de son intelligence, Nill ne tarda pas à s'adapter à sa nouvelle vie. Ainsi, il devint aussi naturel de battre les rebelles que de plonger sa tête toute entière dans le ventre béant d'une biche fraichement tuée : c'était un besoin vital, quelque chose qui ne se discutait pas.

Chasser les bêtes devenait aussi commun que chasser ses congénères. Selon l'Ordre, c'était un comportement naturel à avoir. Aussi naturel que l'apprentissage de toutes entreprise belliqueuse comme la préparation de philtre d'endormissement, de poisons et de poudre noire. Nill ne discutait jamais les ordres car ils l'amenaient toujours à la rencontre d'autres personnes. Et bien que la finalité des choses n'étaient jamais en leurs faveurs, Nill appréciait de pouvoir communiquer avec le monde extérieur.
Appréciée pour son sens de l'humour et son inébranlable sourire comme jadis ses camarades l'avait aimée, elle s'attachait à vivre avec l'Ordre toutes les relations humaines qui lui étaient proscrites avec autrui. Ainsi, les notions d'amitié venaient doucement se diluer avec la perversion comme on dilue du poison dans de l'eau limpide. Nill ne sut bientôt plus faire la différence entre une relation saine et une relation imposée à autrui dans un bras de fer mental dont elle maitrisait de plus en plus les rouages.
Nill se démarquait des autres dans sa polyvalence : elle gérait avec brio ses pulsions et son intellect pour que les deux s'exploitent mutuellement au service d'une destruction instrumentalisée.
Avec pour seul but le suivant : celui de servir l'Ordre.

Mais pour que ce dernier se dévoile à elle sous son véritable patronyme, elle devait rendre compte de sa capacité à exécuter les missions les plus dangereuses.  


   Chapitre 3:
   Ysino, Eiki.  An 80 de l'ère des Rois.

Nill mima un geste d'épée devant elle. Après quelques secondes, elle sembla réaliser qu'elle n'avait pas d'armes et regarda la paume de sa main avec un étonnement caricatural. Elle roula des yeux en haussant les épaules, l'air désolé.
Elle lui tira la langue avant de détaler comme un lapin.

L’hébétement passé, le garde inoë fut traversé d'une rage sans nom.
Il s’élança vers elle, et ses hommes le suivirent dans un élan collectif. Il avait rencontré cette « chose » plus tôt lors d'une ronde dont il était le commanditaire. Un de ces hommes avait disparu, comme tant d'autres gardes et citoyens. Les assassinats et les enlèvements se multipliaient si vite que malgré les efforts militaires, les soldats semblaient toujours dépassés par quelque chose. Quelque chose dont ils ignoraient l'essence et l'objet, et qui par conséquent annihilait toute tentative d'interception stratégique. Comment planifier une attaque contre l'invisible ?
Yukitteru fronça les sourcils.

Nill avait tournée à gauche. L'ordhaleron courrait bien plus vite qu'eux : plus légère, elle semblait à peine toucher les dalles qui pavaient la rue principale. Elle menait à ce qui avait été renommé la place du sang, puisque depuis quelques temps déjà elle avait été jonchée de cadavres. Il n'y avait pas de survivants pour raconter ce qu'ils avaient vu. Depuis lors, elle restait déserte.

Yukkiteru savait très bien ce que cela signifiait  : C'était une menace
Mettre à feu et à sang une place fréquentée par le peuple était le meilleur moyen d'instaurer un climat de peur. Mais le soldat avait transformé sa crainte en une détermination qu'il puisait dans son allégeance à l'Empire, son Empire, l’Empire d'Ysino.

Voilà que la jeune femme -fille ? elle semble si intemporelle!- aux yeux de sang s'arrêta. Yukkiteru leva la main et fit quelques gestes : les cinq soldats hochèrent la tête et comprirent le message. Bien vite, ils l'encerclèrent à une distance raisonnable. La dernière chose que vit Yukkiteru fut ses yeux : rouges.

Nill lança une fiole dont l'éclat dégagea une large et épaisse fumée noire. Les soldats, surpris, pensèrent à un piège.
« Nous tuer comme ça ? Elle veut mourir ? Merde ! Fais chier ! » pensa t-il avant de crier à ses hommes de protéger leurs visages. Ces derniers, pris de panique, placèrent tout ce qu'ils pouvaient devant leurs visages : cape, tissu, mains...
Et puis, le silence.

Nill baissa la tête. Elle relâcha ses épaules dans un soupir détendu. Les sons s'évaporèrent autour d'elle : elle était seule dans le noir.
Elle était seule, dans le noir : une manière de dire qu'ils étaient déjà morts.

Le pouls : symbole de vie universel, bijoux pulsant tout de sang vêtu.
Le pouls fait partit de ces bijoux que le voleur voit rarement : ceux cachés dans le cou des coffres.
Ce jour là, Nill garnit son butin de cinq d'entre eux.

Dans l'extase qu'apportait cet afflux soudain d'adrénaline, Nill ne vit pas le couteau lancée en sa direction. Il toucha son bras et l'ordhaleron poussa un cri aigu, semblable à celui d'une bête en souffrance. Elle s'effondra sur le sol, avec l'impression que chaque nerf de son corps explosait. La main sur son bras comme pour compresser la douleur, elle se tortillait dans tous les sens, donnant à son corps une dimension absurde et effrayante. Devant elle siégeait fièrement une figure inoë. Sa tenue différente des gardes faisait de lui un être atypique. Elle rampa entre les fumées ébènes qui disparaissaient peu à peu autour d'elle, la dévoilant comme le rat qui sort de sa planque.
Des mains vinrent la soulever au moment où elle se pensait condamnée. On venait de la mettre sur l'épaule d'un homme. Les sens encore à vif, elle entendait derrière elle les secours ordhaleron se battre, probablement attirés par ses cris.

   Chapitre 4 :
   Ordanie, Kaerdrum. An 84 de l'ère des Rois.

Si Nill avait appris quelque chose de toutes ces années au service du Lac Sombre, c'était que le bien et le mal n'existait pas. Seules étaient réelles deux notions : les dominants et les dominés. L'ordhaleron avait vu assez de corps déchirés par la douleur pour savoir quelle place elle devait convoiter, occuper et préserver.
Contrairement à elle, sa mère ne tarda pas à perdre le confort de sa chaise dans une tentative de désobéissance. Toutes ces années de servitude avaient été motivées par l'espoir de vengeance que lui promettait l'ordre et à présent ces derniers s'alliaient à Zeran ? Remarquant le côté rebelle de Nihal et le risque qu'elle représentait, plusieurs membres haut placés décidèrent de mettre au point un plan pour l'éliminer. Cependant, éliminer la mère constituait le risque de perdre la fille. Pas qu'elle soit dangereuse loin de là ! Mais sa fille était la seule à connaître aussi bien l'alchimie dans l'ordre, ce qui représentait une opportunité stratégique non négligeable pour le Lac Sombre.

___
L'assaut sur Kaerdrum fut un souvenir mémorable dans l'esprit de Nill pour deux raisons : l'une parce qu'il avait été le massacre le plus impressionnant de sa pathétique existence et de deux parce que c'était le jour où sa mère avait rendue l'âme.

Elle l'avait vue pour la dernière fois à l'entrée d'un des nombreux villages tombés lors de l'assaut. Le chef du groupe leur avait ordonné une séparation stratégique afin d'occuper le plus de circonférence possible. Ce qu'elle ignorait, c'est que le groupe qui était parti avec sa mère était semblable à une meute de hyènes prêtes à se défouler sur leur proie. Une fois assez éloignés, ils s'arrêtèrent tous à l'exception de Nihal.

"Que faites vous, bon sang ? Nous n'avons pas le temps !"
Ce n'est que lorsqu'ils l'encerclèrent qu'elle comprit, trop tard. Les derniers mots qu'elle entendit sonnèrent comme le glas :
"Désobéissance et colère ne peuvent être tolérés par le Lac Sombre."

Bien qu'endurcie par ces années passées à fréquenter assidument les plus terribles monstres de Neya, Nill eut du mal à faire son deuil. Sourire en toute circonstance étant devenu une seconde nature et elle n'en montra rien. Mais persistait l'impression presque imperceptible que quelque chose n'allait pas. Comment avait pu t-elle se faire tuer dans un village, entourée des personnages les plus dangereux de tout Rëa ?
Lorsqu'elle rentra débarrasser les affaires de sa mère, Nill tomba sur un livre poussiéreux. D'un revers de main, elle dégagea le film de sa couverture pour en lire le titre : "Potions médicinales."

Soudain, ses jambes se firent coton et l'ordhaleron tomba sur ses genoux. Tout son corps tremblait sous les images qui défilaient dans sa tête :
Lumière. Végétation, sourire. L'odeur des plantes. Chaleur. Brise. Couleurs.
Après ce qui semblait être une éternité, la jeune femme se releva non sans mal. Les contours de la maisonnette se dessinèrent lentement sous ses yeux et de nouveau elle retrouva la réalité comme on retrouve son souffle en dégageant sa tête hors de l'eau : haletant et paniqué. Après quelques instants, elle rangea soigneusement le livre sous son lit.

Oui, c'était certain : quelque chose n'allait pas.
   


   
Ambitions & Desseins

   

   Nill veut retourner à Kaerdrum pour mettre une bonne fois pour toute à feu et à sang ce Royaume. Qu'il n'en reste que des cendres ! Ne tenant pas les inoës dans son cœur, la jeune femme leur réservent le même sort.
Mais pour arriver à de tels fins, encore faut-il convaincre son Ordre.
   



   
Divers

   

   Reconnaissez-vous être âgé d'au moins 18 ans ? : Oui.
   Moultipass :  Validé par Harden
   


   
avatar
◈ Missives : 2161

◈ Âge du Personnage : 82 ans
◈ Alignement : Loyal Bon
◈ Race : Valduris
◈ Ethnie : Sharda du Nord
◈ Origine : Al'Akhab - Siltamyr
◈ Magie : Aucune
◈ Fiche personnage : Calim

Conteur
Calim Al'Azran

◈ Dim 21 Fév 2016 - 16:58

Bienvenue ici Nill !
N'oublie pas de créer ton journal de bord partie Parchemin des Héros et à formuler une demande de rp !

Encore bravo pour cette fiche ! Un chouette personnage en perspective !